Mars : des lacs souterrains, mais pas forcément d’eau

Et si les lacs souterrains de Mars n’étaient pas constitués d’eau ? C’est en tout cas ce que suggère une nouvelle étude parue dans la revue Geophysical Research Letters.

Notre intérêt pour la quatrième planète du système solaire en termes de distance par rapport au Soleil a considérablement augmenté ces dernières années. En témoigne la multiplication des projets d’exploration menés par les agences spatiales et les entreprises privées comme SpaceX. À ce propos, de nombreux scientifiques sont convaincus que Mars contient des lacs souterrains gelés. Cependant, le contenu de ces derniers est encore sujet à débat. Alors que certains tablent sur l’hypothèse de l’eau, d’autres penchent sur des matières totalement différentes. C’est notamment le cas d’une équipe de chercheurs dont fait partie le planétologue Isaac Smith du Planetary Science Institute et de l’Université York au Canada.

Mars suspendu dans l'espace
Crédits Unsplash

Selon ce groupe, les étranges taches brillantes dans les données radar collectées par la sonde en orbite Mars Express pourraient avoir été causées par de l’argile gelée.

A lire aussi : On sait à quoi ressemble l’intérieur de Mars

Les données collectées par MARSIS comme indices

Concrètement, cette nouvelle étude suggère qu’il est possible que cette couche brillante observée principalement dans le pôle Sud martien soit constituée de silicates d’aluminium hydratés ou de minéraux de smectite. Pour avancer une telle hypothèse, les chercheurs se sont appuyés sur les données recueillies par MARSIS, le sondeur radar attaché à Mars Express. Ils affirment avoir remarqué une région qui reflétait fortement le signal radar dans la partie sud de la planète rouge.

Dans un premier temps, les scientifiques ont cru que les reflets correspondaient à de larges étendues d’eau liquide. Cependant, Mars est beaucoup trop froide pour permettre à l’eau de rester dans un tel état même avec une importante saturation de sel, laquelle est censée abaisser le point de congélation. Face à ce doute, Isaac Smith et ses collaborateurs ont décidé de reproduire les conditions martiennes en laboratoire. C’est ainsi qu’ils ont trouvé une explication plus plausible.

A lire aussi : La Russie veut construire des centrales nucléaires sur Mars

Pas d’eau liquide sur Mars ?

« Les argiles solides congelées à des températures cryogéniques peuvent faire des réflexions. Notre étude a combiné une modélisation théorique avec des mesures en laboratoire et des observations de télédétection », a déclaré Smith. Et d’ajouter : « toutes les trois ont révélé que les smectites peuvent faire les réflexions et qu’elles sont présentes au pôle Sud de Mars. C’est le tiercé gagnant : mesurer les propriétés des matériaux, montrer qu’elles peuvent expliquer l’observation et démontrer que les matériaux sont présents au lieu d’observation ».

Cette découverte ne signifie pas pour autant que Mars est dépourvue d’eau liquide. Comme le notent nos confrères de Sciencealert, cette matière pourrait y exister si la planète est chaude à l’intérieur. Or, des études ont récemment indiqué que l’astre est volcaniquement actif. Une condition qui est nécessaire pour maintenir toute activité géologique.

Mots-clés mars