Mars : le risque de cancer deux fois plus élevé que prévu

La NASA risque de ne pas apprécier, mais l’Université du Nevada a mené une nouvelle étude afin de déterminer l’impact des rayons cosmiques sur les futurs colons de Mars. Elle a révélé que le risque de cancer était deux fois plus élevé que prévu. Pire, les combinaisons spatiales ne pourraient rien changer à cet état de fait.

Mars n’est pas l’endroit le plus hospitalier de la galaxie. Bien au contraire. En raison de la distance la séparant de notre étoile, les températures à la surface de la planète rouge sont bien plus basses que les nôtres et elles tournent ainsi autour de -63 °C en moyenne.

Cancer Mars

Il ne vaut donc mieux pas être frileux, d’autant que ces températures peuvent descendre bien plus bas dans les régions entourant les pôles.

Mars, une planète très exposée aux radiations

Pour ne rien arranger, la planète est dépourvue de magnétosphère et elle est donc extrêmement exposée aux vents solaires. Le niveau de radiations dans son orbite est ainsi estimé à 2,5 fois celles relevées à bord de l’ISS.

C’est évidemment un problème, car notre organisme n’est pas capable de supporter un tel niveau de radiation. De nombreux chercheurs comme l’incontournable Scott E. Solomon pensent ainsi que l’espèce humaine devra fatalement évoluer en une nouvelle espèce pour pouvoir poser ses valises sur les terres arides de la planète rouge.

La NASA, de son côté, mène aussi plusieurs études afin de préparer les futures missions habitées en direction de Mars, mais elle n’est pas la seule à le faire. Des chercheurs de l’UNLV viennent en effet de publier une nouvelle étude très inquiétante.

D’après les simulations effectuées à partir des dernières données transmises par leurs instruments, les modèles de risques classiques seraient totalement incomplets et le risque de cancer par les rayons cosmiques serait ainsi deux fois plus élevé que prévu.

Un risque de cancer deux fois plus important

Ce n’est cependant pas le plus gros problème. Les chercheurs pensent en effet que les combinaisons spatiales actuelles n’offriraient pas suffisamment de protections pour pouvoir aider les astronautes à échapper à ces radiations mortelles. L’équipement actuel n’est en effet pas suffisamment résistant pour pouvoir supporter de telles expositions.

En conséquence, les scientifiques pensent qu’il est trop tôt pour pouvoir parler de missions habitées vers Mars. Avant d’envoyer des astronautes ou des colons sur place, ils recommandent en effet à ce que la communauté médicale mène de nouveaux essais plus complets. Ils recommandent donc de ne pas agir avec précipitation.

L’étude complète peut-être consultée sur cette page.

Mots-clés marsNASAsanté