Mars : l’origine des étranges glissements de terrain élucidée ?

Les changements géographiques qui ont lieu à la surface de Mars attirent toujours l’attention des chercheurs. Ces derniers espèrent que ces phénomènes les mènent un jour à la découverte d’une eau liquide sur la planète rouge. Pour l’instant, ils essayent de déterminer l’origine de certains de ces changements.

Janice Bishop, chercheur au sein de l’Institut SETI, a tenté de résoudre le mystère des glissements de terrain sur Mars. Ces phénomènes géologiques sont également connus sous le nom d’écoulements saisonniers ou RSL pour Recurring Slope Lineae. Avec son équipe, Janice Bishop a proposé une nouvelle théorie sur la formation de ces glissements de terrain.

Crédits Pixabay

Leur hypothèse implique de la glace d’eau, du sel de chlore et du sulfate.

Un processus qui se fait en deux temps

Par le passé, des chercheurs ont déjà essayé d’expliquer la formation des RSL sur Mars. Une première hypothèse veut que ces glissements de terrain soient produits par des écoulements de débris liquides ou des écoulements granulaires secs. Cette théorie a depuis été réfutée par la communauté scientifique.

Janice Bishop et son équipe ont proposé un nouveau modèle de formation. Selon elle, le processus de création des RSL se fait en deux temps. Pour commencer, la glace d’eau souterraine se mélange à une combinaison de sel de chlore et de sulfate. Cela produit une sorte de gadoue qui déstabilise le régolithe dans une zone donnée pour former des écoulements de surface et des soulèvements de terrain.

A lire aussi : A l’origine, Mars ressemblait beaucoup à l’Islande

Une théorie vérifiée grâce à des modèles terrestres

Par la suite, le vent sec et les tempêtes de sable soufflent sur ces nouvelles structures pour les façonner sur la surface martienne. Ce n’est pas la première fois que les chercheurs émettent l’hypothèse que le sel de chlore intervient dans la création des RSL. Janice Bishop et son équipe ont vérifié cela en se basant sur des modèles terrestres.

Pour ce faire, ils ont collecté des données sur la mer Morte d’Israël, les vallées sèches d’Antarctique et le Salar de Pajonales du désert d’Atacama. Les analyses ont montré que l’interaction du sel avec le gypse, qui est un minéral composé de sulfate, entraîne aussi des déstabilisations sur la surface terrestre (dont des glissements de terrain). Ils ont ensuite effectué d’autres expériences en laboratoire pour confirmer leur théorie. Les résultats qu’ils ont obtenus sont encourageants.

A lire aussi : Mars a aussi son printemps, mais il ne ressemble pas au nôtre

« J’ai été ravie d’observer des réactions aussi rapides de l’eau avec des sels de sulfate et de chlore dans nos expériences de laboratoire », explique Janice Bishop.

Mots-clés mars