Martin Scorsese explique pourquoi “The Irishman” n’aurait pas pu être une série

Il s’agit sans nul doute du film ayant le plus fait parler de lui dernièrement – et pas uniquement à cause du matraquage médiatique de son diffuseur, le service de streaming Netflix – The Irishman a étonné les spectateurs par son casting de renom, mais également par sa longueur. Robert De Niro, Al Pacino et Joe Pesci sont ainsi réunis pour plus de trois heures et demie de film, le plus long de la carrière de son réalisateur Martin Scorsese.

Et forcément, lorsque l’on chamboule les habitudes de l’audience, il n’est pas rare de voir des propositions saugrenues apparaître ici et là, au point de voir le réalisateur prendre la parole et expliquer son choix artistique.

crédit YouTube

Un internaute en particulier ne s’est pas gêné pour publier sur Twitter un guide de “visionnage sous forme de mini-série“, récoltant des réactions des plus divisées. Visiblement interpellé par les voix s’indignant qu’on les pousse à consacrer autant de temps à un seul film – une réaction assez étonnante à l’heure du binge-watching à tout va – Scorsese s’est confié au site Entertainment Weekly pour se justifier (!) du format choisi pour son dernier film.

Le diable réside dans les détails

Selon le réalisateur italo-américain, c’est justement la longueur du film qui permet de renseigner de tous les éléments de la narration afin de créer une histoire unique – et une fin mémorable découlant de toutes les précédentes actions du protagoniste. “On peut dire “C’est une longue histoire, vous pouvez la dérouler sur deux saisons” – j’ai vu quelqu’un proposer cela. Absolument pas. Je n’ai jamais pensé à cela. Parce que l’intérêt de ce film c’est l’accumulation des détails. C’est une accumulation d’effets accumulations à la fin du film – ce qui veut dire que l’on y assiste du début à la fin [en une seule fois] si l’on s’y accorde. Le format des séries est bien, très bien même, on peut y développer des personnages et des histoires et recréer des mondes. Mais ce n’est pas le bon pour ce film.

Rappelons que Scorsese a produit et est même passé derrière la caméra pour les séries Broadwalk Empire et Vinyl, preuve si besoin de la connaissance certaine du réalisateur en matière de production télévisuelle.