Masahiro Sakurai, créateur de Smash Bros., raconte sa rencontre avec Satoru Iwata

L’éditeur japonais Hobonichi a récemment publié un entretien avec Masahiro Sakurai où le créateur de Smash Bros. parle de sa première rencontre avec Satoru Iwata. Ce dernier l’a notamment marqué par son sourire, de ceux qui ne peuvent être émis que du fond du cœur.

L’année dernière, nous avions rapporté que les entretiens “Iwata demande”, où le feu président de Nintendo échangeait avec des développeurs, allaient être compilés dans un ouvrage à paraître chez Hobonichi. Un éditeur dont on reparle aujourd’hui, avec toujours en sujet central Satoru Iwata.

Crédits Pixabay

Hobonichi vient ainsi de publier, en japonais, un court entretien avec Masahiro Sakurai, l’homme derrière la franchise Smash Bros. depuis maintenant un bon paquet d’années. Le site NintendoSoup nous rapporte en anglais les propos tenus.

Masahiro Sakurai avait 18 ans quand il a fait connaissance avec Satoru Iwata

Appelé à s’exprimer sur sa première rencontre avec Satoru Iwata, Masahiro Sakurai a raconté qu’il avait 18 ans et qu’il aspirait alors à être engagé au sein de HAL Laboratory en tant que game designer.

Satoru Iwata a été président de cette entreprise pendant quelques années avant de prendre les rênes de Nintendo.

Masahiro Sakurai se souvient du sourire qu’arborait alors Satoru Iwata. Selon ses mots, il s’agit du genre de sourire qui “vient du fond du cœur” quand on rit, et qui n’a rien à voir avec les sourires”égoïstes” ou intéressés. Quant à ce qui a été dit durant cet entretien, l’homme fort de Smash Bros. dit qu’à cette époque, il avait rédigé sur CV sur un logiciel de traitement de texte peu performant, tel un Microsoft Word avec peu de fonctionnalités. M. Iwata a lancé le sien pour lire le curriculum vitae de son interlocuteur, et d’avoir été surprit par ce qui est apparu devant ses yeux.

C’est là que Masahiro Sakurai a vu Satoru Iwata comme une “personne très spéciale”, car au Japon, peu étaient nombreux à utiliser un logiciel de traitement de texte, et encore moins à rédiger un CV avec. Selon M. Sakurai, le futur président de Nintendo a pu être étonné de voir qu’il n’était pas le seul à savoir manipuler ce genre d’exécutables.

Mots-clés nintendo