Mauvaise surprise pour Signal en Chine

Nos échanges privés contiennent des informations sensibles et leur protection est vitale pour les utilisateurs. Si la solution optimale reste d’utiliser un Pretty Good Privacy (PGP), logiciel de chiffrement, le grand public se tourne plutôt vers les messageries chiffrées dont plusieurs dominent le marché. Autrefois apprécié pour sa protection des données privées, WhatsApp est de plus en plus boudée, Facebook souhaitant en récupérer les données privées. D’autres alternatives beaucoup plus sûres, qui ne sont pas contrôlées par un GAFAM, existent. On peut aisément citer Telegram ou encore Signal, dont la popularité ne fait que croître alors que celle de WhatsApp s’effondre.

Une messagerie chiffrée qui ne plait pas vraiment à la Chine, peu connue pour son respect de la vie privée.

Une femme se tenant le visage dans les mains

Photo de Anthony Tran – Unsplash

TechCrunch nous rapporte que le gouvernement chinois a décidé de bloquer Signal sur son territoire.

Signal est bloqué en Chine mais peut encore être téléchargé

Signal n’est plus le bienvenu en Chine. Comme l’explique TechCrunch, la messagerie privée est désormais bloquée mais peut encore être téléchargée sur l’App Store (iOS) et Android – mais pas sur le Play Store, également banni. Les utilisateurs chinois peuvent continuer à utiliser Signal à l’aide d’un VPN mais s’exposent à l’illégalité. Lorsque l’on sait que la Chine est très répressive et préfère que les citoyens optent pour des solutions chinoises, comme WeChat, braver l’interdit peut être dangereux.

Le blocage de Signal en Chine n’a donc rien d’étonnant. Le pays est connu pour surveiller sa population, notamment les échanges privés et la mise en place d’une reconnaissance faciale dans les lieux publics, et n’apprécie pas forcément le chiffrement de la messagerie.

Pour rappel, la Chine est souvent qualifiée de Grande Muraille Virtuelle. Internet, espace de libre échange, est censuré. Signal est loin d’être la première application à être bloquée sur le territoire. TripAdvisor a notamment été banni sans que le gouvernement ne l’explique vraiment. Pourtant, il ne s’agit que d’un service permettant de noter les destinations et autres hôtels.

Côté réseaux sociaux, la plupart sont inaccessibles. Les chinois préfèrent se tourner vers Weibo, ultra populaire chez les internautes. Divers médias ne peuvent pas exister en Chine, comme le Wall Street Journal ou encore Le Monde.

Mots-clés signal