Maxime Le Forestier compare les internautes aux nazis…

La loi Hadopi aura au moins eu un mérite, celui de révéler au grand jour la bétise d’un bon paquet de personnes. Tout comme Maxime Le Forestier qui, lors d’une interview sur Europe 1, s’est permis de comparer les internautes aux nazis. Forcément, l’information n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd et méritait bien une réponse. Alors Maxime, si tu me lis, fais toi plaisir et la prochaine fois, tourne ta langue sept fois dans ta bouche avant de parler.

Avant tout, il convient de remettre les propos du chanteur dans son contexte. Certains artistes de gauche ont ainsi décidé d’écrire une jolie lettre à Martine Aubry pour l’informer que le PS avait perdu leur soutien. Dans le lot, on peut citer Pierre Arditi, Juliette Greco, Michel Picoli et ce brave Maxime Le Forestier. Ce dernier a donc été l’invité de Marc-Olivier Fogiel sur Europe 1 afin d’expliquer son choix. Et là, stupeur, tremblements, Maxime a déclaré, je cite, que laisser faire le piratage était une attitude « pétainiste », que « les allemands sont là » et qu’ « on les laisse ».

Forcément, le parallèle est assez troublant et il est navrant de voir que les internautes sont comparés aux nazis. Ce qui est d’autant plus regrettable que le chanteur est né à Paris en 1949 et qu’il a donc vécu l’après-guerre de plein fouet. Histoire de recadrer un peu les choses, j’ai décidé de dresser la liste des différences intrinsèque qui opposent les internautes aux nazis :

  1. Les internautes n’ont pas essayé d’envahir le monde, c’est le monde qui essaye de les envahir.
  2. Les internautes n’ont jamais brûlé de livres sur la place publique. D’ailleurs, il n’y a pas de livres sur internet, seulement des ebooks.
  3. Les internautes n’ont rien contre les intellectuels, les homosexuels et les juifs. Certains d’entre eux appartiennent même à ces différentes catégories.
  4. Les internautes n’essayent pas d’éliminer les autres Partis Politiques. D’ailleurs, ils n’appartiennent à aucun parti en particulier.
  5. Les internautes ne sont pas xénophobes, ils sont tous issus de cultures différentes.
  6. Les internautes n’ont jamais emprisonné ou stérilisé les gens malades. Certains n’entre eux appartiennent même à cette dernière catégorie.
  7. Les internautes n’ont pas tué entre 5 et 6 millions de personnes.

Alors bien sûr, je peux comprendre que les mots de Maxime aient dépassé sa pensée. Cela dit, en tant que personnage public, j’estime aussi qu’il soit se montrer responsable et faire attention aux idées qu’il véhicule. Surtout sur des sujets aussi délicats que le nazisme et le gouvernement pétainiste. Ce qui s’est passé durant la seconde guerre mondiale est tout simplement horrible et cela n’a strictement aucun lien avec la loi Hadopi.

Enfin, je profite de ce billet pour rassurer notre ami Maxime. S’il ne vend plus de disques, il n’est pas pour autant téléchargé. Il peut aller vérifier lui-même sur Mininova (je ne mets pas le lien, je n’ai pas envie d’aller en prison mais Maxime, tu peux demander à ton petit-fils ou à ta petite-fille de vérifier mes chiffres pour toi) : sur 14 albums disponibles, on ne trouve que 31 sources. Autant dire que s’il s’en sort nettement mieux que Doc Gyneco, il ne rencontre pas pour autant le succès auprès des pirates.

Et pour finir, Maxime, si tu lis ces lignes et que tu souhaites avoir un droit de réponse, ce n’est pas compliqué, il te suffit de laisser un commentaire à la suite de ce billet ou de me contacter directement sur frederic.pereira(@)gmail(.)com. Par contre, enlève les parenthèses, hein, elles sont juste là pour éviter que des robots spams choppent mon adresse. Et si tu ne comprends pas ce dont je parle, tu n’as qu’à demander à Christine, elle s’y connaît super bien en pare-feu.

EDIT : Point positif, le vieux Maxime en a inspiré quelques uns, comme Minga qui nous a gratifié d’une chouette chanson que vous pouvez écouter en cliquant ici. Très bon boulot !

Via Numerama