McDonald’s et IBM vont équiper plus de restaurants d’un système de commande à Intelligence Artificielle

Selon un rapport de Restaurant Dive, McDonald’s serait en train de vendre ses McD Tech Labs à IBM. Le but serait d’accélérer davantage les recherches sur ses systèmes de commande vocale automatisés. On peut ainsi s’attendre à ce que McDonald’s ne soit plus, dans un avenir proche, le seul restaurant à utiliser l’IA dans la prise de commande.

Selon McDonald’s, grâce à cette transaction, la technologie pourra être appliquée dans plusieurs autres pays et dans une plus grande variété de langues et de menus. En même temps, les offres de services d’IBM alimentées par Watson seront renforcées.

Crédits 123RF.com

McD Tech Labs et l’équipe Cloud & Cognitive Software d’IBM devraient commencer à travailler ensemble à partir de décembre, date prévue de la conclusion de l’accord.

McDonald’s passe les commandes à IBM

C’était vers la fin du printemps que McDonald’s avait commencé à tester la prise de commande au volant utilisant l’IA. L’expérience a été menée dans 10 restaurants de la région de Chicago. Même si le test a révélé plusieurs avantages substantiels pour les clients et le personnel, il était évident que le système devait encore être amélioré. En effet, une intervention humaine était encore nécessaire pour environ un cinquième des commandes. La précision n’était que de 85 %, ce qui est encore loin d’être satisfaisant. 

Selon Chris Kempczinski, PDG de McDonald’s, un ou deux ans seront encore nécessaires pour étendre la technologie à une plus grande échelle. Il a aussi expliqué que McDonald’s rachetait souvent des entreprises telles que la société d’IA Apprente pour de courtes durées. Elle procède ensuite à la filialisation de celles-ci avec des partenaires qui pourront développer la technologie. Dans le cas actuel, McDonald’s pense qu’IBM est le plus indiqué pour assurer le succès de la prise de commande au volant par l’IA.

Une arme à double tranchant

Il y a presque toujours des avantages et des inconvénients quand on parle de l’application de l’automatisation dans le domaine du travail. Il est clair par exemple que les employés seront ravis de ne plus avoir à écouter les commandes en pleine nuit ou très tôt le matin.

D’un autre côté, les restaurants voudront certainement limiter au maximum l’implication humaine dans la prise des commandes. Ainsi, la prise en charge des tâches par l’IA conduira probablement au licenciement d’un certain nombre d’employés.

Quoi qu’il en soit, espérons que le projet ne rencontrera pas de problème comme cela a été le cas avec la technologie de reconnaissance faciale l’année dernière. IBM avait décidé de stopper à la fois son développement et sa commercialisation.