MEGA a collaboré avec le FBI dans le cadre d’une affaire de pédopornographie

Parfois, les enquêtes criminelles ont vocation à remettre en question les politiques de protection des données. Aux dernières nouvelles, MEGA a fourni au FBI le contenu d’un compte impliqué dans une affaire d’abus sexuel sur mineur sans que son utilisateur en soit informé. Dans le cadre d’une entraide judiciaire, les détails à propos d’un stockage et d’un partage de CSAM (Child Sexual Abuse Material) ont été révélés aux autorités.

Notons que l’application est particulièrement appréciée par les personnes malveillantes pratiquant du revenge porn ou du piratage de fichiers. Elles sont notamment attirées par le chiffrement sécurisé et les 50 Go de stockage gratuits. A priori, personne n’y a accès, que ce soit un fournisseur de télécommunications, d’accès Internet, ou de service de communication.

Une femme se tenant le visage dans les mains
Photo de Anthony Tran – Unsplash

MEGA est un service de stockage qui utilise des clés cryptographiques dont les utilisateurs sont les seules à être autorisés à contrôler. Il ne peut même pas accéder aux fichiers et déchiffrer les messages échangés.

Le FBI a obtenu 40 Go de données

L’année dernière, des agents du FBI ont enquêté sur un certain Macgwire Beck. Au cours d’un interrogatoire, le suspect a admis avoir échangé des images sexuelles de mineurs. Il a aussi avoué qu’il détenait de la pornographie enfantine sur un compte MEGA qui a été fermé à cause d’une violation des conditions de service.

Ainsi, Dickson Woo, un agent de la Task Force du FBI, a déposé une demande de données à MEGA pour l’affaire de pédopornographique. Pour accéder au contenu du compte, il lui a fallu travailler avec le gouvernement néo-zélandais. Par le biais d’une liste d’adresses e-mail et de mots de passe, le service américain a obtenu environ 40 Go de données personnelles.

MEGA ne tolère pas l’activité illégale

L’installation de MEGA dans le navigateur réduit les temps de chargement, améliore les performances de téléchargement et renforce la sécurité. Toute URL MEGA est uniquement aux utilisateurs. Des mises à jour automatiques et sécurisées sont fournies au travers de clés privées cryptographiques.

« Tous les fichiers sont cryptés sur l’appareil de l’utilisateur avant d’être téléchargés vers MEGA. Personne ne peut les lire sauf si l’utilisateur fournit son mot de passe ou partage un lien vers le matériel avec la clé de décryptage », a expliqué Stephen Hall, président de MEGA. Il a ensuite ajouté que MEGA ne tolère pas la pédopornographie, avant de souligner que leur approche sur l’activité illégale s’applique à tous les types de comptes.