Même l’administrateur de la NASA croit aux extraterrestres

La question sur l’existence ou non des extraterrestres constitue l’objet d’un sérieux débat, même au sein de la communauté scientifique. L’administrateur de la NASA lui-même a fait savoir, lors d’une interview à CNN avec Pamela Brown, qu’il croit à l’existence d’une forme de vie complexe au-delà de la Terre. Il pense même que nous ne sommes pas seuls dans notre galaxie.

Bill Nelson s’est référé au récent rapport des services de renseignements américains sur l’existence des « phénomènes aériens non identifiés » repérés par les pilotes de la NAVY. Force est de reconnaître qu’il s’agit d’une conclusion personnelle, mais qui rassemble étrangement de nombreux partisans de poids.

La Terre vue de l'espace
Crédits Unsplash

Pour l’instant, la NASA préfère soutenir la position prise par son chef. Ce dernier se dit être très enthousiaste de la prochaine mise en place du télescope James Webb, fin 2021. Cet outil va remplacer celui qui a été lancé en 1990 et qui a malheureusement atteint ses limites.

Le gouvernement américain s’apprête à résoudre le mystère

Jusqu’à présent, l’aviation militaire américaine a signalé plus de 140 phénomènes aériens inexpliqués. Néanmoins, malgré certains témoignages des plus convaincants, l’hypothèse de l’illusion réside.

« Sommes-nous seuls ? Personnellement, je ne pense pas. L’univers est si grand ! J’ai vu la version classifiée de ce document. Celle-ci confirme ce qu’on a pensé, mais on ne sait toujours pas ce qu’ont vu ces pilotes de la NAVY. »

Bill Nelson, administrateur de la NASA

Que ce soit des extraterrestres ou non, le gouvernement américain a décidé d’élucider cette affaire et d’en faire une priorité absolue. Il se pourrait que ce ne soit pas une intrusion extraterrestre, mais ennemie, ce qui n’est pas moins inquiétant.

« Les pilotes de la NAVY ont verrouillé leurs radars dessus et ont observé un déplacement soudain d’un endroit à un autre. Il y a trois ans, j’ai eu une conversation avec ces pilotes et senti qu’il y a certainement quelque chose là-haut. »

Bill Nelson

A lire aussi : Et si les OVNIs extraterrestres avaient lâché des sondes sur la Terre ? La drôle de théorie d’un chercheur de Harvard

La recherche passera bientôt à un niveau supérieur

Les scientifiques estiment le nombre d’exoplanètes dans l’univers à 240 milliards, et ne connaissent jusqu’ici que 700 d’entre eux. Parmi celles de notre galaxie, environ 100 millions auraient des chances d’héberger une forme de vie complexe. La Voie lactée, à elle seule, abriterait au moins 150 milliards d’étoiles.

L’Univers est immense (distance estimée à 10100000000000 années-lumière) et mystérieux (on ne connaît qu’environ 4% de l’univers). 100 milliards, c’est le nombre estimé de galaxies dans l’univers observable.

Plus on connaît l’univers, plus on est tenté de remettre le paradoxe de Fermi sur le tapis. Rappelons qu’en 1950, le physicien italien a posé la problématique suivante : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? »

Avec notre connaissance actuelle du nombre de planètes, d’étoiles et de systèmes, l’on peut rationnellement poser un nouveau paradoxe : « Combien y a-t-il de chances que nous soyons seuls dans l’univers ? »

Pour Bill Nelson, en tout cas, nous n’aurons peut-être même pas besoin de chercher très loin pour faire la rencontre du troisième type. Bientôt, la NASA mettra en place un instrument plus performant pour pousser la recherche de traces d’intelligence extraterrestre à un niveau supérieur.