Même les Pénitents de Neige abritent des formes de vie

Une équipe de chercheurs s’est récemment rendue au Chili pour inspecter le volcan Llullaillaco. Il s’agit du deuxième volcan le plus haut du monde et du site archéologique le plus haut du monde. Dans ce désert aride et froid, ils ont découvert des pénitents. Ce sont des lames de glace alignées verticalement en forme de dague.

Leur nom vient du fait qu’ils ressemblent à des personnes qui prient pour se repentir.

Crédits Pixabay

L’équipe de scientifiques a remarqué des taches de coloration rouge sur les énormes fragments siliceux. Ils en ont ramené des échantillons afin de les étudier en laboratoire. Leur hypothèse de base a été confirmée. Il s’agit bien de la signature d’une activité microbienne à une altitude s’élevant à environ 5 000 m, et dans un environnement inhospitalier.

C’est la première fois que les chercheurs découvrent la présence d’une forme de vie dans ces étranges structures de glace à une telle altitude.

Une oasis pour la vie

L’équipe a été menée par des chercheurs de l’Université du Colorado à Boulder. Les scientifiques ont réussi à identifier les microbes responsables des pigments rouges. Ce sont des algues Chlamydomonas et Chloromonas.

« Des algues de neige ont été fréquemment trouvées dans la cryosphère sur des plaques de glace et de neige, mais notre découverte a démontré leur présence pour la première fois à l’extrême altitude d’un site hyper aride », a déclaré Lara Vimercati, chercheuse en biologie microbienne.

« Il est intéressant de noter que la plupart des algues de neige trouvées sur ce site sont étroitement liées à d’autres algues de neige connues issues d’environnements alpins et polaires. »

Les chercheurs ont expliqué que, « compte tenu de la dureté des environnements où ils se trouvent, les nieves pénitentes peuvent représenter une oasis pour la vie, car, avec les fumerolles, ils représentent des sources d’eau intermittentes dans ces environnements très arides. »

Des applications dans la recherche de la vie extraterrestre

Il est possible que, d’une certaine manière, les algues contribuent à la formation et au développement des lames de glace. Toutefois, il se peut également qu’elles aient migré lorsque les structures existaient déjà.

L’inhospitalité de l’environnement complique les recherches. Néanmoins, l’équipe ne compte pas en rester là. Actuellement, ils envisagent d’analyser les limites altitudinales de ces microbes.

Cette découverte pourrait également avoir d’autres applications, notamment dans la recherche de forme de vie extraterrestre. Les chercheurs songent particulièrement aux tessons de glace Pluton et d’Europa, la lune de Jupiter. En effet, il serait probable que le même phénomène s’y produise.

Mots-clés biologie