Messenger permettrait à Facebook de collecter les coordonnées bancaires de ses utilisateurs

L’application Messenger fait partie du quotidien des utilisateurs Facebook. Le réseau social incite même les membres à transmettre des informations confidentielles via la plateforme. Vu la popularité du service, les échanges se comptent par millions chaque jour.

Le Wall Street Journal a rapporté que Facebook pourrait se servir de son application pour collecter les données confidentielles des utilisateurs.

Normalement, Facebook n’a pas accès aux informations financières de ses clients. Toutefois, ils peuvent, dans le cadre d’une conversation sur Messenger, les transmettre à leur banquier. La firme de Zuckerberg peut ainsi accéder à ce genre d’informations sensibles. C’est là une manœuvre fortement dénoncée par beaucoup de monde.

Facebook peine encore à se relever après le scandale de Cambridge Analytica. Cette nouvelle risque de ternir un peu plus son image.

Facebook toujours en quête de données personnelles

Le scandale de Cambridge Analytica a grandement écorné l’image du réseau social créé par Zuckerberg. Depuis, la firme promettait de tout en œuvre afin de retrouver la confiance de ces quelque 2,2 milliards d’utilisateurs. Si des mesures ont té effectivement prises, cela n’a pas suffi à lever tous les doutes.

Faut-il rappeler que Facebook a été impliqué dans une affaire liée aux processus électoraux mondiaux ? De nombreuses informations, censées être confidentielles, ont été divulguées à de tierces personnes.

La plateforme sociale a été également pointée du doigt pour son rôle autour des conflits en lien avec le Myanmar.

Les banques douteraient des intentions de Facebook

Le rapport du Wall Street Journal compromet davantage la réputation de Facebook. Selon le journal, les banques doutent de la fiabilité de Messenger. Bon nombre de ces entités financières déconseillent le recours au service pour transmettre des informations essentielles telles que les coordonnées bancaires. Ainsi, la Bank of America, le Wells Fargo, l’American Express évitent de communiquer via la plateforme.

Les établissements financiers comme American Express déconseillent également l’utilisation de Messenger. En d’autres termes, ils ne font pas confiance à Facebook et doutent que le système de chat automatisé soit le meilleur moyen pour échanger avec leurs clients. En revanche, Paypal et Western Union ont décidé de promouvoir leurs services via l’application. Le WSJ a affirmé que ces deux firmes avaient droit à des contrats spéciaux.

Jusqu’ici, les efforts de Facebook pour redorer son image ne sont pas encore concluants.