Mia Khalifa veut faire le ménage dans l’industrie du porno

Mia Khalifa fait certainement partie des actrices pornos les plus populaires sur la toile. Après avoir fait les beaux jours des sites pour adulte, la jeune femme d’origine libanaise a décidé il y a quelques années de mettre un terme à son travail dans l’industrie du porno. Mia Khalifa est désormais une femme d’affaires accomplie et exerce notamment le métier de commentatrice sportive.

Récemment, Mia Khalifa s’est entretenue avec le comédien et YouTubeur Anthony Padilla. Elle est revenue sur sa carrière dans le porno et a raconté comment elle a, en quelque sorte, été obligée de travailler dans cette industrie.

Le ventre d'une femme dans la pénombre

Crédits Pixabay

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Durant cette interview, Mia Khalifa a également déclaré qu’elle voulait se servir de sa voix et de sa notoriété pour apporter un changement positif dans l’industrie du porno.

Un métier qu’elle n’a pas choisi

Mia Khalifa a profité de cet entretien pour faire taire les mauvaises langues. Ainsi, elle a expliqué qu’elle n’avait pas choisi ce métier. À l’époque, elle était tout juste âgée de 21 ans et affirme avoir été manipulée par des géants de l’industrie pour adulte.

« Ce n’était pas « Hé, tu veux faire du porno ? » C’était plutôt un : « Tu es belle, tu veux poser un peu ? Vous savez, vous avez un corps superbe et je pense que vous seriez très douée pour le mannequinat. » Le studio se trouvait dans un endroit très respectable, à Miami, à Doral, en Floride. Toutes leurs cabines étaient décorées de photos de famille. Comme s’ils ne faisaient rien de douteux », a-t-elle raconté.

Mia Khalifa veut protéger les intérêts des jeunes actrices

Durant son interview, Mia Khalifa a insisté sur le fait qu’elle ne s’opposait pas à l’industrie du porno. Toutefois, elle a déclaré qu’il était important de mettre en place des contrats destinés à protéger les intérêts des jeunes actrices :

« Je veux seulement protéger les jeunes femmes qui veulent travailler dans cette industrie. Je pense que cela devrait être illégal de forcer une jeune femme à signer un contrat dans l’immédiat. »

L’ancienne star du porno se rappelle qu’elle s’est sentie obligée de signer son contrat, à l’époque.

« Ils ne m’ont pas mis une arme sur la tête, mais à l’époque c’était intimidant, car je n’avais que 21 ans et j’étais entourée de quatre hommes », a-t-elle expliqué.

Mia Khalifa pense que les géants du porno doivent mettre à disposition des jeunes actrices des avocats qui vont les aider dans la lecture des contrats avant leur signature.

Mots-clés nsfy