Et Microsoft inventa (brièvement) le score de productivité

Microsoft 365 dispose désormais d’un outil qui permet d’attribuer un score de productivité à chaque salarié. Une fonctionnalité qui, malgré sa relative utilité, est loin de faire l’unanimité.

Avec Workplace Analytics, Microsoft vise à « harmoniser la productivité et le bien-être » des employés. Ayant été introduit dans la suite Microsoft 365 en octobre dernier, il s’agit d’un outil qui permet d’attribuer à chaque salarié un score de productivité. Il faut savoir que pendant le confinement les ventes de solutions logicielles capables de réaliser une telle opération ont affiché une augmentation de près de 500 % selon le cabinet de consultants ISG. En fait, le monitoring des salariés n’est pas une approche complètement nouvelle. Cette technique existe depuis bien longtemps, mais la hausse de son utilisation constatée au cours de ces derniers mois serait en grande partie due au recours massif au télétravail.

Crédits Pixabay

Quant à la solution mise en œuvre par la firme de Redmond, elle est censée donner aux entreprises la possibilité d’évaluer la manière dont leurs employés « collaborent, communiquent et travaillent sur plusieurs plateformes ».

Un outil intégré à Microsoft 365 pour améliorer la productivité de chacun

Il est donc clair qu’en déployant cette fonctionnalité, Microsoft veut mettre à la disposition des dirigeants une plateforme permettant d’identifier les comportements des salariés et déterminer par la suite les mesures à adopter pour corriger le tir grâce à des « actions recommandées ». Ces dernières sont en réalité des suggestions pour faire progresser les performances.

Pour mesurer le score de productivité d’un salarié, Workplace Analytics tient compte de plusieurs paramètres. Ceux-ci sont répartis en catégories valant chacune 100 points, lesquelles sont ensuite pondérées pour générer une note entre 0 et 800. Ce qui est d’autant plus intéressant, c’est le fait qu’on pourra comparer les scores au sein de l’entreprise elle-même, mais aussi aux données enregistrées par des sociétés tierces, voire des concurrents.

Une fonctionnalité largement critiquée

Microsoft a beau qualifier son nouvel outil de solution pour augmenter le chiffre d’affaires des entreprises en aidant les employés à mieux gérer leurs temps, pour certains, il s’agit tout simplement d’un acte découlant d’une volonté d’espionnage ou de flicage.

Face à la levée de boucliers qui a suivi l’annonce de cette fonction, la firme de Redmond a finalement décidé de faire machine arrière. Elle a ainsi annoncé supprimer les noms d’utilisateur associés à la fonction de suivi de la productivité.