Microsoft a de grands plans d’action climatiques, mais ce n’est pas encore ça

On le sait tous, la technologie est une innovation à double tranchant : elle nous facilite peut-être la vie, mais souvent au détriment de notre environnement. À l’heure où il est devenu primordial d’agir, les grandes entreprises technologiques ont décidé de mettre la main à la pâte et de réduire les émissions de carbone engendrées par leurs activités.

C’est notamment le cas de Microsoft qui a de grands plans d’action climatiques pour rendre ses actions plus vertes. Le mois dernier, son PDG Brad Smith a dévoilé que d’ici 2030, la société poursuit l’objectif d’éliminer plus de CO2 qu’elle n’en a jamais produit.

Crédits Pixabay

Pour ce faire, la firme américaine a déjà tout un programme, et elle ne compte pas lésiner sur les moyens pour atteindre rapidement tous ses objectifs environnementaux.

Microsoft a déjà tout prévu

Brad Smith a dévoilé une partie du programme très chargé de Microsoft pour les prochaines années à venir : il a indiqué que la société prévoit de passer toutes ses opérations au vert d’ici 2025 en n’utilisant uniquement que des énergies 100 % renouvelables.

La firme internationale a également décidé de miser sur les voitures électriques. Brad Smith a en effet annoncé que la « flotte mondiale de véhicules pour les opérations sur le campus » de la société sera 100 % électrique d’ici dix ans.

Il ne s’agit que de la partie immergée du gros iceberg que représentent les grands plans d’action climatiques de Microsoft. Brad Smith a promis que la multinationale publiera un rapport annuel « basé sur des normes de reporting mondiales strictes » qui suit l’évolution de ses efforts à réduire ses impacts environnementaux.

Encore de grands obstacles à surmonter

Vous l’aurez compris, Microsoft est plus que décidé à devenir une entreprise éco-responsable dans un futur très proche. À noter que l’entreprise est déjà « neutre en carbone » depuis 2012, mais il lui reste encore de nombreux obstacles à surmonter côté habitude et collaboration.

L’année dernière, la firme américaine a en effet signé un partenariat avec la société pétrolière Exxon Mobil, ce qui va complètement à l’encontre de ses objectifs environnementaux, vu que cela pourrait produire 50 000 barils de pétrole par jour d’ici 2025.

Comme le fait remarquer Elizabeth Jardim, responsable de la campagne climatique de Greenpeace : « faire équipe avec Exxon, BP, Chevron et d’autres pour extraire plus de pétrole et de gaz est une déconnexion majeure et aggrave la crise climatique. » Elle estime que pour vraiment devenir carbone négatif, Microsoft devrait couper les ponts avec ces entreprises.

Une telle chose n’est cependant pas prête d’arriver, comme l’ont clairement indiqué les plans de Microsoft : la société estime qu’en vue de l’importance et la complexité des tâches et objectifs à venir, il est primordial pour elle de continuer à travailler avec tous ses clients et partenaires, y compris ceux du secteur du pétrole et du gaz. Elle explique que c’est soi-disant « pour les aider à répondre aux exigences commerciales d’aujourd’hui tout en innovant ensemble pour répondre aux besoins commerciaux d’un avenir net zéro carbone ».

Microsoft a donc encore beaucoup de chemin à faire avant d’être vraiment sans impact sur l’environnement. Affaire à suivre de très près.