Microsoft reconnaît avoir tué la Surface Mini dans l’oeuf

Microsoft a présenté en mai dernier une nouvelle tablette taillée pour les professionnels, la Surface Pro 3. A l’époque, il était aussi question que la firme nous gratifie d’une seconde ardoise plus compacte et plus adaptée à une utilisation nomade. La Surface Mini. Mais voilà, la belle avait apparemment été annulée à la dernière minute. Enfin, c’est en tout ce qui se murmurait dans les milieux autorisés.

Oui, et il aura finalement fallu attendre la présentation des résultats financiers de la firme de Redmond pour en avoir la confirmation.

Annulation Surface Mini

Voilà à quoi aurait pu ressembler la Surface Mini avec une housse intégrant un clavier physique complet.

Comme certains d’entre vous le savent peut-être, Microsoft vient effectivement de présenter les résultats de son quatrième trimestre fiscal, ce qui correspond en réalité au second trimestre de l’année.

Les Surface ont (encore) coûté de l’argent à Microsoft

En l’espace de trois mois, le géant américain a généré pas moins de 23,38 milliards de revenus, pour un bénéfice net de 4,61 milliards. Pas mal, certes, mais c’est tout de même moins bien que l’année dernière. La faute au rachat de Nokia, mais aussi aux Surface. Car en effet, le rapport mentionne des coûts supplémentaires liés au lancement d’une nouvelle génération de tablettes… et à la décision de ne pas commercialiser un autre appareil, doté d’un format différent.

Difficile évidemment de ne pas faire le lien avec la disparition tragique de la Surface Mini.

Toujours selon ces données, le chiffre d’affaire de la firme serait surtout réalisé par sa branche « cloud ». Ce qui regroupe la technologie Azure, bien sûr, mais aussi toutes les licences pour Office 365. Comme quoi, le nuage peut rapporter gros.

Ah et puisqu’on en parle, et bien on peut aussi rappeler que Microsoft va supprimer pas moins de 18 000 emplois dans ces prochains mois. Ce qui représente près de 14% de ses effectifs. Les anciens de Nokia seront les premiers à quitter l’entreprise mais ce ne seront pas les seuls. En réalité, ce plan de licenciement inclura aussi 5 500 employés de la firme. Si vous voulez en savoir plus, c’est ici que ça se passe.

Via