Microsoft aurait tenté d’acquérir Nintendo lors de la création de la Xbox

La genèse de la première Xbox est l’une des plus intéressantes de l’histoire du jeu vidéo ; qui aurait pu imaginer à la fin des années 90 voir Microsoft – le géant du software, de la bureautique, bref, de tout ce qui est éloigné du concept de “fun” – se lancer à l’assaut de l’industrie vidéoludique ?

Le site Bloomberg a récemment mis en ligne une longue histoire orale riches en anecdotes retraçant les origines du projet initialement nommé “Midway” qui allait devenir le nouvel acteur majeur du pixel dans le siècle à venir ; et l’une des plus drôles d’entre elles concerne Nintendo

Crédits Pixabay

Au tournant du nouveau millénaire, les équipes de Microsoft étaient fortes à la tache – armée du portefeuille conséquent de la maison mère, la nouvelle filiale censée construire l’avenir manette en main a frappé à la porte de nombreux prestigieux éditeurs japonais à la recherche de nouvelles acquisitions pour établir un portfolio de créatifs. Si certaines tentatives ont tourné à la success story comme avec le studio américain Bungie, d’autres se sont avérées des plus infructueuses.

Le PDG de Microsoft Steve Ballmer en personne aurait courtisé Square Enix – à l’époque Squaresoft avant sa fusion avec Enix – en novembre 1999, mais l’offre du géant américain s’était avérée trop faible pour l’éditeur de Final Fantasy. Midway, créateurs des franchises Mortal Kombat et NBA Jam, aurait également été considéré, sans suites.

Qui ne tente rien n’a rien

L’une des révélations les plus marquantes de l’article fait partie de cette farandole de géants du jeu vidéo – Microsoft aurait tenté d’entamer des discussions avec Nintendo pour conduire à une éventuelle acquisition, plaçant la firme de Kyoto sous la girouette de l’ogre américain. Bob McGreen, jadis directeur du business development, décrit les ambitions de Microsoft pour ce partenariat d’un genre particulier :

“Nous avons reçu Nintendo dans nos bureaux en janvier 2000 pour travailler sur les détails d’un projet conjoint où nous leur donnions toutes les spécificités techniques de la Xbox. Le pitch était que leurs hardware était nul, et comparé à la PlayStation de Sony, c’était le cas. Donc l’idée était, “Ecoutez, nous êtes bien meilleurs sur la partie des jeux avec Mario et tout le toutim. Pourquoi ne pas nous laisser nous occuper du hardware ?” Mais ça n’a pas pris.”

Le directeur des relations avec les éditeurs tiers de l’époque Kevin Bachus décrit ainsi une scène des plus cocasses entre les deux partis dont l’issue était forcément prévue d’avance.

“Steve [Ballmer] nous a amenés voir Nintendo pour leur demander s’ils considéraient une éventuelle acquisition. Ils nous ont tout simplement ri au nez. Genre, imaginez une heure de quelqu’un qui rigole à vos dépens. C’est un peu comme ça que cette réunion s’est déroulée.”