Microsoft : deux anciens modérateurs souffrant de stress post-traumatique portent plainte contre le groupe

Jenry Soto et Greg Blauert ont travaillé pendant plusieurs années comme modérateurs pour Microsoft. Ils souffrent désormais de stress post-traumatique et ils ont donc décidé de porter plainte contre leur ancien employeur. L’affaire sera prochainement portée devant un tribunal et les deux hommes sont bien décidés à faire valoir leurs droits.

Jenry et Greg faisaient tous les deux partie de la « online safety team » du groupe et ils étaient ainsi chargés d’examiner tous les contenus potentiellement illégaux signalés par les internautes.

Plainte Microsoft

Microsoft fait l’objet d’une nouvelle plainte, assez particulière cette fois.

Pendant plusieurs années, ils ont donc visionné des contenus à la fois violents et répugnants. Comme des vidéos d’agressions ou même des images pédopornographiques.

Ils travaillaient tous les deux pour la « online safety team » de Microsoft

D’après eux, Microsoft ne les aurait pas suffisamment préparés sur le plan psychologique.

Jenry Soto affirme ainsi avoir développé de graves troubles dissociatifs. Pire, il aurait aussi développé une profonde dépression et il serait en outre en proie à de violentes attaques de panique et même dans certains cas à des hallucinations auditives, notamment depuis qu’il a regardé la vidéo d’une femme battue et assassinée.

Toujours d’après son témoignage, il aurait demandé un transfert à ses supérieurs et il aurait finalement fini par se mettre en arrêt maladie.

Greg Blauert présente des symptômes similaires lui aussi. Il s’est beaucoup isolé durant ces dernières années et il a de plus en plus de mal à supporter la présence de ses proches.

D’après leur plainte, les deux hommes auraient fait remonter leur malaise à plusieurs reprises à leurs supérieurs hiérarchiques, mais ces derniers ne les auraient pas pris suffisamment au sérieux. En outre, ils ont déclaré que l’entreprise avait refusé de les indemniser durant leurs arrêts maladie, car elle considérait que leur TSPT n’était pas réellement une maladie professionnelle.

Microsoft estime avoir fait tout ce qu’il lui était possible de faire pour préserver ses employés

Faute de mieux, ils ont donc lancé une procédure contre l’entreprise et ils lui réclament ainsi des dommages et intérêts, mais également un engagement ferme de sa part pour améliorer le bien-être de tous les salariés travaillant dans cette division.

Microsoft a publié un communiqué afin d’évoquer l’affaire. L’entreprise se dit en désaccord avec les accusations dont elle fait l’objet et elle estime avoir pris ses responsabilités vis-à-vis de ses salariés. Elle assure en outre apporter un soutien psychologique renforcé à tous les employés travaillant dans cette division et elle a en plus déclaré avoir mis en place des technologies visant à flouter certaines scènes pour réduire le réalisme de ces images et limiter ainsi leur impact.

En outre, elle a aussi déclaré que tous les modérateurs qui en font la demande sont systématiquement assignés à d’autres postes lorsqu’ils se trouvent en situation de détresse psychologique.

La plainte est disponible en ligne, à cette adresse.

Mots-clés insolitemicrosoft