Microsoft n’activera plus le ‘Do Not Track’ par défaut sur ses navigateurs

Microsoft a finalement décidé de faire marche arrière. L’éditeur n’activera plus le “Do Not Track” par défaut sur ses navigateurs. Ni sur Internet Explorer, ni sur Spartan. Pourquoi ? Pour respecter les normes édictées par le W3C.

Le secteur de la publicité en ligne a beaucoup évolué au fil des années. Les affichages publicitaires simples ont disparu au profit de campagnes personnalisées capables de cibler les internautes en fonction de leurs goûts, de leurs recherches et de leur historique de navigation.

Internet Explorer 10 : quand Microsoft se moque des "haters" en vidéo

Face au développement de ces nouvelles méthodes, trois chercheurs (Christopher Soghoian, Sid Stamm et Dan Kaminsky) ont travaillé sur un mécanisme pensé pour protéger l’internaute.

Tout repose sur un champ d’entête HTTP

Ce mécanisme est assez simple et il repose finalement sur l’utilisation d’un champ d’entête HTTP. Par son entremise, l’internaute peut signaler aux sites web qu’il ne souhaite pas être suivi.

Mozilla a été le premier à soutenir le projet et à l’intégrer à son navigateur, Firefox. Il a rapidement été rejoint, dans l’ordre, par Microsoft, Apple, Opera et Chrome. Toutefois, la firme de Redmond a été un peu plus loin que ses concurrents et elle a ainsi décidé d’activer ce champ par défaut sur Internet Explorer 10 en 2012.

L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque et tous les lobbies publicitaires étaient montés au créneau. Yahoo avait même tapé du poing sur la table. Microsoft a tenu le cap, et il a même maintenu cette configuration sur Windows 8 et sur Windows 8.1.

Mais tout ceci sera bientôt de l’histoire ancienne, du moins si l’on en croit la dernière note publiée par Brendon Lynch, responsable de la vie privée chez l’éditeur. Contre toute attente, la firme a effectivement décidé de faire marche arrière et le “Do Not Track” ne sera ainsi plus activé par défaut sur ses navigateurs. Cela vaut pour Internet Explorer, bien sûr, mais aussi et surtout pour le fameux Project Spartan.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, si Microsoft a pris cette décision, ce n’est pas pour satisfaire les lobbies publicitaires, mais plutôt pour respecter les standards du W3C. La célèbre institution le précise bien, le DNT doit impérativement refléter “la préférence de l’utilisateur”. Personne ne peut (et ne doit) se substituer à son désir, même pour le protéger.