Microsoft pourrait lancer des portables à 150 dollars pour contrer les Chromebooks

Microsoft vient de présenter une nouvelle machine hybride, mais il n’aurait pas l’intention d’en rester là. En réalité, le constructeur pourrait même remettre le couvert prochainement avec des ordinateurs portables proposés à des tarifs très attractifs. L’idée étant évidemment de contrer Google et ses Chromebooks. Info ou intox, toute la question est là bien sûr.

Les Chromebooks ont été vivement critiqués à leurs débuts mais la situation a beaucoup changé depuis. Ils sont parvenus à s’installer durablement sur le marché et ils ont ainsi séduit des millions d’utilisateurs à travers le monde.

Spartan et Adobe

Microsoft serait prêt à tous pour contrer Google et ses Chromebooks.

Leur force, c’est sans conteste leur prix de vente. Il y en a à tous les prix, c’est vrai, mais ils dépassent rarement les 300 euros et certains modèles se placent même sous la barre fatidique des 200 euros en période de promotion.

Deux ordinateurs sous Windows 8.1, à moins de 200 dollars ?

Microsoft ne compte pas rester les bras croisés pour autant. Il a d’ailleurs amorcé sa contre-attaque l’année dernière en baissant le prix de la licence de Windows 8.1, et ce afin de donner un peu plus de flexibilité aux constructeurs OEM. Désormais, il souhaiterait aller encore plus loin en lançant pas moins de deux ordinateurs portables à bas prix.

On manque encore d’information pour le moment mais ils embarqueraient tous les deux un écran de 11,6 pouces et ils seraient propulsés par une puce Intel Atom Bay Trail-T CR. Ils ne seraient donc pas des foudres de guerre mais ils seraient tout de même en mesure de faire tourner un navigateur web et des applications bureautiques.

Attention cependant à ne pas vous méprendre car Microsoft ne produirait pas ces machines. En réalité, la firme se serait associée à des constructeurs spécialisés. Le premier modèle serait proposé à 149 dollars, contre 179 dollars pour le second.

Ces informations sont évidemment à prendre avec la plus grande prudence, d’autant qu’elles proviennent de Digitimes.

Mots-clés microsoftrumeurs