Microsoft va supprimer au moins 3000 postes dans le monde

C’est désormais officiel, Microsoft s’apprête à effectuer un gros dégraissage dans ses rangs en supprimant entre 3000 et 3500 postes à travers le monde. Selon la presse américaine, l’essentiel de ces emplois menacés proviendrait de la division commerciale de la firme de Redmond, visée car en profonde restructuration : Microsoft ayant visiblement dans l’idée de recentrer ses activités sur le Cloud, après son échec cuisant dans le domaine de la téléphonie mobile.

Il faut dire que la firme, placée sous la houlette de Satya Nadella depuis 2014, n’a clairement pas réussi à atteindre ses objectifs dans ce secteur spécifique. De quoi la pousser tout naturellement à limiter la casse (et les frais) autant que possible.

microsoft

La firme de Redmond vient de le confirmer, des suppressions d’emplois sont en vue. D’après son porte-parole 3000 à 3500 postes dans le monde seraient concernés.

Les porte-paroles de Microsoft s’en tiennent pour leur part à des explications nettement plus succinctes, se contentant d’évoquer « des changements destinés à mieux servir nos clients et partenaires« . Cette nouvelle vague de licenciements n’est toutefois pas la plus drastique que la société américaine ait connue. Microsoft procédait ainsi à près de 18.000 suppressions de postes en 2014 ; 7.800 en 2015 et 4.700 l’année dernière, toujours en vue d’encaisser le choc causé par le four des Windows Phones – notamment.

Cap vers le Cloud – Un nouvel El Dorado pour Microsoft ?

Difficile à dire pour le moment, bien que les premiers chiffres dévoilés s’avèrent très encourageants.

Le chiffre d’affaires des services Azure (cloud intelligent de Microsoft) est en effet en progression de 11% à près de 6,8 milliards de dollars au premier trimestre 2017. Avec de tels chiffres, on comprend mieux pourquoi (sous l’impulsion de son CEO) la firme s’oriente de plus en plus vers ce domaine d’activités. Un domaine dans lequel elle est d’ailleurs en position de force – au coude à coude avec Amazon.

Revers de la médaille, cette nouvelle orientation de Microsoft s’avère nettement moins « demandeuse » en employés que les services plus traditionnels de la compagnie. Il faut donc – d’après les analystes – s’attendre à de nouveaux licenciements dans les années à venir.

Comme le rappelle Le Point, Microsoft employait mondialement 121.000 personnes au 31 mars dernier, qui sait combien d’entre elles sont sur un siège éjectable à l’heure actuelle…

Mots-clés microsoft