Mince, le Jésus sibérien a été arrêté… après 30 ans de culte

Sergei Torop vivait en Sibérie et il prétendait être la réincarnation de Jésus. Il vient d’être arrêté par les autorités russes.

Sergei Torop a la cinquantaine bien tassée. Après avoir passé une bonne partie de sa vie à exercer la profession d’agent de la circulation, il en a eu marre et il s’est donc lancée dans une toute nouvelle activité bien plus rémunératrice : le chef de secte.

La silhouette d'un Jésus enfumé

Photo de Mads Schmidt Rasmussen chez Unsplash

Il y a trente ans tout ronds, l’homme a donc abandonné son nom de naissance pour devenir Vissarion, ce qui peut se traduire par “celui qui redonne la vie”, et fonder l’Église du Dernier Testament.

Un agent de la circulation reconverti en Jésus sibérien

Non content de changer de nom, Sergei Torop a aussi réécrit une partie de son histoire et est devenu ainsi la réincarnation de Jésus Christ.

Quoiqu’assez osée, l’initiative a été couronnée de succès et l’ancien agent de la circulation a très vite commencé à attirer une communauté de fidèle autour de lui. L’Eglise du Dernier Testament s’est répandue à travers la Sibérie et elle comptait, avant l’arrestation de son chef, plusieurs milliers de partisans répartis dans des dizaines de communes différentes.

Peu de détails ont été donnés, mais les partisans du culte devaient devenir vegans et renoncer aux richesses de ce monde pour mener une vie austère. Il leur était également demandé de fêter chaque année l’anniversaire de Torop comme s’il s’agissait du véritable Noël.

Pendant trente ans, donc, Sergei Torop a mené ses activités sans attirer l’attention des autorités. Le mouvement était en effet établi dans la région de Krasnoyarsk, une région très reculée et loin de tout.

À lire aussi : Un autre cratère bizarre vient de faire son apparition en Sibérie

Des milliers de partisans à travers la Sibérie… et ailleurs

Mais les autorités russes ont fini par avoir vent de l’histoire et elles ont alors ouvert une enquête… qui a conduit à l’arrestation du Jésus sibérien.

Torop a en effet été arrêté avec deux de ses bras droits, dont un ancien batteur qui a travaillé pour le compte d’un boysband remontant à l’époque de l’URSS. Il est accusé d’avoir abusé psychologiquement ses partisans, mais aussi de leur avoir soutiré de l’argent.

L’homme doit également répondre à des accusations de négligence et d’homicide involontaire. D’après les premières conclusions de l’enquête, plusieurs partisans auraient perdu la vie en appliquant le mode de vie imposé par la secte. Certains d’entre eux avaient en effet tout quitté pour s’installer dans des huttes en bois au fin fond de la Sibérie, une région qui n’est pas franchement connue pour son hospitalité climatique.

À lire aussi : La Sibérie était apparemment le centre d’une civilisation majeure

Il risque jusqu’à 12 ans de prison

L’opération de police a été menée conjointement par plusieurs agences gouvernementales, dont le FSB. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Torop n’avait pas uniquement des adeptes en Sibérie. La secte avait en effet commencé à s’expatrier et elle comptait ainsi quelques adeptes en Allemagne, en Australie, en Bulgarie, en Belgique ou même à Cuba.

Si Torop est reconnu coupable, il risque jusqu’à 12 ans de prison.