On en sait un peu plus sur notre “mini lune”

Le 15 février 2020, des astronomes du Catalina Sky Survey, de l’Université d’Arizona, ont détecté un petit astéroïde qui orbitait autour de la Terre. Ce corps céleste qui a hérité du nom de 2020 CD3 est présenté comme le deuxième satellite temporaire de notre planète. Au moment de sa découverte, les chercheurs sont restés perplexes quant à sa véritable nature.

Ces derniers se sont demandés s’il s’agissait d’un objet naturel ou artificiel. Des chercheurs de l’Institut d’Astronomie de l’Université d’Hawaï se sont intéressés au cas de 2020 CD3 pour essayer d’en savoir plus. Dans une étude publiée dans la revue The Astronomical Journal, ils ont indiqué que cet astéroïde, qui s’apparente à une « minilune », est bel et bien naturel.

Crédits Pixabay

Leur recherche a permis d’en apprendre plus sur les caractéristiques et l’origine de 2020 CD3.

2020 CD3 révèle ses secrets

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les minilunes ne sont pas des objets rares. Elles sont juste difficiles à détecter en raison de leur taille réduite. Cette étude a révélé que le 2020 CD3 a environ 1,2 mètre de diamètres. C’est légèrement inférieur aux premières estimations des astronomes qui l’ont découvert.

D’après les chercheurs, « c’est incroyable de voir que les télescopes modernes peuvent détecter des minilunes aussi grosses que des rochers à une distance aussi éloignée de la Lune. » Leurs observations ont également permis d’en apprendre plus sur la composition de cet astéroïde. Il serait en fait composé de silicates.

A lire aussi : L’astéroïde Apophis semble inquiéter les scientifiques

Un fragment d’astéroïde

Le 2020 CD3 serait le fragment d’un astéroïde plus large qui aurait voyagé entre Mars et Jupiter. La première piste privilégiée par les chercheurs est l’astéroïde Vesta. Ils ont aussi pu définir avec plus de précision l’orbite de 2020 CD3.

Ils se sont rendu compte que cette minilune orbitait autour de la terre depuis 2,5 ans. L’astéroïde gravitait autour de notre planète depuis 2018. Le jour où il a été découvert, il se trouvait à une distance réduite de la Terre. C’est en étudiant son orbite que les chercheurs ont pu écarter la thèse de l’objet artificiel.

A lire aussi : Un astéroïde a (vraiment) frôlé la Terre

« La découverte d’un objet sur une orbite géocentrique fait toujours soupçonner une origine artificielle, mais pendant les 2,5 semaines suivant sa découverte, 2020 CD3 n’a pas pu être lié à un objet artificiel, ni exclu d’avoir une origine naturelle », lit-on dans l’étude.

Mots-clés astéroïdes