Mis aux enchères à Paris, 2 dinosaures sont restés sans acheteurs

À Paris, l’ère jurassique ne fait plus recette. Mercredi, deux dinosaures, un Allosaurus et un Camptosaurus, étaient proposés aux enchères dans une salle parisienne de la Maison Artcurial, mais aucun de ces deux mastodontes préhistoriques n’a trouvé preneur. Et pour cause, le prix de réserve fixé par le vendeur (un collectionneur européen) n’a, dans un cas comme dans l’autre, pas été atteint au coup de marteau final.

Les fossiles étaient pourtant en assez bonnes conditions, avec des squelettes complets complets à 55% pour l’Allosaurus et 90% pour le Camptosaurus, nous explique Europe 1. La compétition entre les différents enchérisseurs n’en a pas moins été tiède, avec des sommes ne dépassant pas les 580.000 euros pour l’Allosaurus et 480.000 euros pour son compère herbivore. Les prix de réserves, eux, étaient fixés à respectivement 600.00 et 500.000 euros. Les deux spécimens ont donc été retirés de la vente.

Deux dinosaures mis aux enchères à Paris, un Allosaurus et un Camptosaurus, n’ont pas trouvé preneurs. Leurs prix de réserves respectifs n’ont pas été atteints.

Il faut dire que deux jours avant la mise aux enchères, un expert avait contesté la formulation des notices de ces deux dinosaures. Une requête auprès du Conseil des ventes volontaires avait par ailleurs été déposée par l’intéressé, sans que cette contestation ne soit entendue par le CVV, qui – après délibération – avait décidé de débouter toute contestation. La vente aux enchères avait donc été autorisée à se tenir normalement.

Deux spécimens importés des États-Unis, après leur découverte dans le Wyoming

L’Allosaurus (un carnivore) et le Camptosaurus (paisible herbivore) avaient tous deux été découverts dans l’État du Wyoming, en plein cœur des États-Unis, et importé en Europe par la suite à la demande d’un collectionneur du vieux continent. Ils vivaient l’un comme l’autre en pleine ère jurassique (comprise entre – 201 et – 145 millions d’années), et pouvaient être trouvés sur le continent qui donnerait par la suite naissance à l’Europe et à l’Amérique du Nord.

Les deux colosses proposés aux enchères cette semaine avaient préalablement été estimés à une somme comprise entre 500.000 et 800.000 euros. Ils reviendront pour l’heure dans les collections de leur actuel propriétaire en attendant, qui sait, une éventuelle future mise en vente – potentiellement fructueuse.

Mots-clés dinosaures