Google Panda : la mise à jour qui se cachait derrière la mise à jour

Si vous vous occupez d’un ou de plusieurs sites, ou que vous vous intéressez au petit monde du référencement, alors vous n’êtes sans doute pas sans savoir que Google a déployé le mois dernier une mise à jour de son algorithme. Sa cible, cette fois, c’était les noms de domaine à mots-clés. Pas de quoi fouetter un chat, c’est certain, mais il semblerait que le géant de la recherche se soit un peu moqué de nous. Car en effet, cette mise à jour n’était en réalité que le sommet émergé de l’iceberg, Google en a effectivement profiter pour lâcher en même temps une nouvelle version de son fameux Panda… Mais quelle bande de petits coquins…

C’est l’année dernière, autour du mois de septembre en Europe, que Google a commencé à lancer une série de mises à jour visant à pénaliser tous les sites présentant peu de contenu ou peu de valeur ajoutée. Et c’est ainsi que le Grand Panda a vu le jour, terrorisant par la même occasion des millions de webmestres et de blogueurs à travers le globe. A juste titre, d’ailleurs, puisque les fermes de contenu n’ont pas été les seuls sites pénalisés par la gentille peluche. En réalité, Panda a également causé beaucoup de tort à des sites qui n’avaient pas forcément grand chose à se reprocher. Des dommages collatéraux, en quelque sorte…

Google Panda : la mise à jour qui se cachait derrière la mise à jour

Et puis, quelques mois plus tard, c’est un autre copain qui a débarqué sur la toile : Pingouin. Cette fois, il ne s’agissait pas de s’attaquer aux fermes de contenus mais plutôt de pénaliser les sites profitant de mauvaises techniques de référencement. Lesquelles ? On ne l’a jamais su, mais les dégâts occasionnés par cette nouvelle mise à jour ont été considérables, certains sites ont ainsi vu leur trafic chuter de plus de 80%. Etaient-ils tous réellement coupables ? Là encore, c’est une question qui restera sans doute sans réponse. Après tout, les voix de Google sont impénétrables.

Cette nouvelle mise à jour, déployée le 27 septembre dernier, vise uniquement Panda. En toute logique et à moins que Google n’ait décidé de semer encore un peu plus la zizanie, elle est donc censée viser une fois de plus les fermes de contenu ou les sites s’en approchant. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est qu’elle risque une fois de plus d’impacter un bon nombre de sites. D’après les chiffres obtenus par Search Engine Land, ce sont ainsi 2.4% des requêtes faites en anglais qui seraient concernées. Et chez nous, en Europe, il serait question de 0,5% des requêtes passées sur le moteur.

Moralité, si vous vous retrouvez face à des changements brutaux en terme de positionnement, vous saurez finalement d’où ça vient.

Crédits Photo