Le MIT a inventé des médicaments électroniques, alimentés par l’acide gastrique

Le MIT travaille depuis quelque temps sur des médicaments électroniques. Les travaux menés par les chercheurs de l’institut ont été présentés dans un article paru dans Nature Biomédical Engineering. Il évoque notamment une pilule électronique capable de diffuser un traitement contre le paludisme lors du contact avec l’estomac. Ils ont également élaboré une pilule-stéthoscope qui surveille la respiration, le rythme cardiaque et la température.

Les travaux de ces chercheurs ont remarquablement avancé. Dernièrement, l’équipe a obtenu un résultat positif après un test réalisé sur des porcs. Elle a expérimenté un micro-générateur électrique alimenté par l’acide gastrique. C’est une meilleure source d’énergie pour faire fonctionner des capteurs ou des pilules diffuseurs de traitements.

Médicaments MIT

Le MIT travaille sur les médicaments de demain.

Les scientifiques du MIT et du Brigham and Women’s Hospital estiment que cette source d’énergie est plus sûre. L’autre alternative est en fait une batterie miniature ingérable.

L’acide gastrique comme électrolyte

D’une manière générale, c’est à partir d’acide que les générateurs électriques fonctionnent. Le principe utilisé est le même que celui invoqué dans l’expérience de la pile au citron. Il s’agit de l’expérience scientifique souvent appliquée dans les écoles. Elle consiste à mettre du zinc et du cuivre dans la pulpe d’un demi-citron. Il en sortira ensuite du courant électrique. L’acide citrique est alors utilisé comme électrolyte.

Le micro-générateur mesure quarante millimètres de long et douze millimètres de large, soit la taille d’une gélule ordinaire. Le dispositif est muni d’un capteur de température ainsi que d’un transmetteur radio 900 MHz. Des languettes de cuivre et du zinc sont attachés à l’enveloppe. Ces deux éléments se comportent comme des électrodes lorsque l’appareil rentre en contact avec l’acide présent dans l’estomac.

Le dispositif sera ainsi capable de produire courant électrique.

Déclenchement automatique de diffusion

L’expérimentation réalisée avec des porcs a révélé que la gélule électronique peut fonctionner convenablement. Une fois entrée dans l’estomac, celle-ci envoie des informations concernant la température à un récepteur sans fil. Ce dernier a été placé à une distance de deux mètres par rapport au cobaye. Le seul problème est que dans l’intestin grêle, où l’acidité est moindre, la gélule a perdu 99 % de sa capacité, tout en restant opérationnelle.

Les chercheurs doivent augmenter sa capacité de collecte et de transmission d’informations.

L’équipe du MIT espère aussi pouvoir miniaturiser encore plus le produit. Elle envisage de réduire sa taille à environ un tiers de ses dimensions actuelles. Par ailleurs, elle projette de fabriquer des capteurs de signes vitaux dans l’organisme. Elle souhaite également concevoir des médicaments ayant pour rôle de diffuser un traitement particulier.

Elle a déjà réalisé la diffusion automatique d’un médicament par le micro-générateur.

Mots-clés médecinesanté