Modern Labor, l’entreprise qui vous paye pour apprendre à coder et qui vous ponctionne ensuite 15 % de votre salaire

Modern Labour a une offre quelque peu spéciale à vous faire : elle vous paye pour apprendre à coder pendant cinq mois et ensuite elle vous aide à trouver un emploi très bien payé une fois que vous aurez obtenu votre diplôme. Mais dès votre premier salaire, et pendant deux ans, vous allez devoir lui reverser 15% de ce que vous touchez chaque fin de mois.

Le principe des bootcamps de codage, de façon générale, est de vous inculquer en un temps record une nouvelle compétence professionnelle, à la suite de quoi vous êtes censé avoir un emploi pouvant vous rapporter 70 000 $ par an pour commencer.

développer

Crédits Pixabay

Le principe du Bootcamp repensé par Modern Labor

 Les programmes de formation peuvent être parfois très intensifs, au point de mettre votre vie carrément de côté pendant la durée de la formation.

La startup américaine de Bootcamp, Modern Labor, a opté pour un modèle économique pour le moins inhabituel. Elle vous paye 2 000 $ par mois pendant cinq mois, pendant que vous apprenez à programmer à distance, depuis votre lieu d’habitation, en consacrant au moins 30 heures chaque semaine à la formation.

Toutefois, une fois la formation terminée et votre diplôme en poche, si vous décrochez un travail qui vous rapporte au moins 40 000 $ par an, Modern Labor prélèvera 15% de votre salaire au cours des deux prochaines années. Si vous décrochez par exemple un emploi rémunéré à 80 000 $, Modern Labor prendra 24 000 $ sur deux ans.

Une offre qui fait écho aux difficultés d’emploi des étudiants américains

Le modèle commercial de Modern Labour est un exemple d’accord de partage des revenus, un concept très populaire auprès des entrepreneurs de la Silicon Valley et de Wall Street. Mais les détracteurs de ce modèle le considèrent comme « une forme de servitude sous contrat«  qui oblige les diplômés à céder une partie de leurs gains pendant des années.

Selon Julie Margetta Morgan, experte en prêts étudiants et ancienne conseillère à Elizabeth Warren, ce modèle économique témoigne de l’enfer des jeunes américains après la récession. Endettés par des emprunts étudiant imposés par le cursus scolaire classique, qui ne les prépare pas au marché du travail, ils sont obligés de se tourner vers des structures comme Modern Labour qui leur garantissent un retour sur investissement.