Mologa, ou l’histoire de la ville engloutie

Chaque année, le deuxième samedi d’août, un ferry part de la ville de Rybinsk (266 km au nord-est de Moscou) et se rend dans les eaux du réservoir de Rybinsk, s’arrêtant un moment pendant que les passagers du navire déposent des couronnes de fleurs sur la surface de l’eau.

C’est le rassemblement annuel des citoyens de Mologa et de leurs familles. La ville de Mologa a été complètement inondée lorsque le réservoir de Rybinsk a été créé à la fin des années 1930, et ceux qui y sont nés avant le « déluge » s’en souviennent encore.

Mologa

La ville de Mologa et le projet de construction du réservoir de Rybinsk

Connue pour exister au moins depuis le 12e siècle, Mologa faisait à l’origine partie de la principauté de Rostov. Moscou l’annexa au milieu du 14e siècle et, quelques siècles plus tard, la ville devint une source de poisson d’eau douce pour la table du tsar. En 1777, Mologa a reçu le statut de centre de comté local. La ville avait un monastère et plusieurs églises, ainsi qu’une tour d’observation créée par Andrey Dostoïevski, le frère cadet du célèbre écrivain. À la fin des années 1930, la population de la ville était d’environ 7 000 habitants.

À l’automne 1935, la construction des systèmes hydrauliques de Rybinsk et d’Ouglitch a commencé. La construction de la centrale hydroélectrique signifiait la construction de barrages et l’inondation d’hectares de terres. Les autorités ont voulu créer l’une des plus grandes mers artificielles, après avoir endigué les Rivers Sheksna et Volga. L’administration a commencé à préparer les gens à leur relocalisation longtemps avant le début de la construction, mais personne ne croyait que cela allait se faire réellement. Les habitants ont donc continué à vivre leur vie normalement.

La déforestation a pourtant commencé et de vieilles églises ont été détruites. Selon des témoins oculaires, les populations ont essayé de résister comme ils pouvaient. Mais ils étaient mis face à la dure réalité, ils allaient devoir quitter leurs habitations. Certains d’entre eux ont détruit leurs maisons pour récupérer les poutres afin de faciliter leur transport par charrettes et leur réassemblage sur le nouveau site d’habitation. Ceux qui étaient un peu en retard ont dû faire flotter le bois sur la rivière pour le transporter.

L’inondation de Mologa et d’autres villes et villages voisins

En avril 1941, les rivières de la Volga et de la Sheksna furent bloquées par des barrages, inondant 5 000 kilomètres carrés de terres, noyant complètement 663 villages et la ville de Mologa, et inondant en partie 6 autres villes. Environ 130 000 personnes ont dû être déplacées et de vastes étendues de terres agricoles et de forêts ont été détruites. La construction a été réalisée principalement par des prisonniers du camp pénitentiaire de Volzhsky, qui a également enfermé ceux qui ne voulaient pas déménager.

Il y a eu des rumeurs de victimes : 294 personnes qui ne voulaient pas quitter leurs lieux natals seraient allées jusqu’au suicide collectif. Ils se seraient enchaînés à leurs maisons et auraient été inondés. Mais personne ne peut confirmer avec certitude que cette histoire est vraie ou non.

Si la création du réservoir de Rybinsk a causé beaucoup de chagrin parmi les habitants de la zone inondée, il est également vrai que le réservoir a permis de sauver des milliers de vies lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté. Le réservoir a en effet aidé à améliorer le transport. Lorsque les nazis pénétrèrent profondément en territoire russe, bloquant de nombreux chemins de fer et routes, la Volga était parfois le moyen le plus rapide de transporter des marchandises des régions de l’Oural et de la basse Volga vers la région centrale du pays.

Mologa la ville fantôme hantée

Comme c’est généralement le cas pour ce type d’histoire, il y a du mysticisme qui est entré dans l’histoire de la ville engloutie de Mologa. On raconte que la partie du réservoir d’eau couvrant l’ancienne ville est un endroit hanté. On dit que les fantômes des habitants noyés peuvent être entendus gémissant à travers la brume montante, sur les eaux qui recouvrent la ville engloutie. Une véritable tempête peut commencer soudainement à cet endroit. Même la navigation par beau temps laisserait un sentiment désagréable. Beaucoup prétendent que Mologa est probablement la ville fantôme la plus hantée du monde.

Certaines personnes attribuent ces impressions effrayantes au fait que le réservoir d’eau est littéralement basé sur les os des prisonniers politiques du Goulag. Selon les documents officiels, 50 000 prisonniers ont participé aux travaux de construction, et le taux de mortalité était très élevé parmi eux.

De nos jours, le 14 avril est célébré dans l’oblast d’Iaroslavl comme le jour de Mologa. Ce jour-là, des bateaux avec des moines et des prêtres se rendent à l’endroit où Mologa se tenait. Et là ils font des prières devant le sommet des beffrois surmontés de croix, qui sont encore visibles au-dessus de l’eau du lac artificiel.

Crédits Image

Mots-clés histoire