Chili : les momies les plus vieilles du monde ont été scannées

Le peuple Chinchorro fait partie de ceux qui ont momifié leurs morts. Il se pourrait même qu’il soit le premier, car ses momies sont vieilles de 7 400 ans, soit de 2.000 ans de plus que celles de l’Égypte. Cette tribu vivait près du désert d’Atacama, au Chili. La communauté était constituée de pêcheurs et de chasseurs. Le mode de momification adopté par les Chinchorros avait quelques particularités marquantes.

Quinze momies considérées comme les plus anciennes au monde sont donc passées au scanner. L’opération a eu lieu au Chili, au sein de la clinique de Santiago, la semaine dernière. C’étaient majoritairement des momies de fœtus et d’enfants. Le but des chercheurs était de reconstituer leur physionomie sans les abîmer.

Momie Chinchoros

Voici une des nombreuses momies laissées par les Chinchorros.

L’intérêt de l’étude consiste surtout en une meilleure compréhension de l’histoire culturelle et anthropologique de cette civilisation.

Une technique de momification particulière

Les Chinchorros ont une manière spécifique de momifier leurs morts. Leur technique consistait avant tout à écorcher les cadavres avant de retirer les muscles. Grâce à leur connaissance développée de l’anatomie humaine, ils restructuraient la forme du corps à l’aide du bois et de la fibre végétale. Après avoir peaufiné l’ensemble avec de l’argile, la peau, les yeux ainsi que la bouche étaient ensuite remis en place. La tête était enfin ornée d’un masque et d’une perruque faite principalement de cheveux naturels.

Veronica Silva, responsable au sein du Musée d’histoire naturelle de Santiago, donne plus de détails : “C’est la famille elle-même qui fabriquait la momie”, note-t-elle. Elle rapporte également que les techniques utilisées étaient généralement similaires, malgré quelques variétés. Elle explique que cela est surtout dû au fait qu’ils ont pu les améliorer au fil du temps.

Pas de rituels funéraires

“Des milliers d’images de moins d’un millimètre” ont déjà été radiographiées, selon le radiologue Marcelo Galvez. L’étape qui suit consisterait à sectionner virtuellement le corps.

L’utilisation de cette technologie permettrait de conserver ces vestiges encore 500 000 ans de plus.

Il ajoute que des travaux de reconstitution sur les images associées aux caractéristiques de cette civilisation ont déjà commencé. Les machines auraient déjà réussi à recréer les muscles et d’autres traits caractéristiques des personnes momifiées.

Par ailleurs, les chercheurs ont déduit que ce peuple ne croyait pas en la vie après la mort. Ce postulat vient du fait qu’aucun indice de rite funéraire n’ait été retrouvé avec les momies.

Celles-ci étaient juste laissées sur la plage.

Mots-clés anthropologie