Une momie tatouée de 3 300 ans découverte en Egypte

Les tatouages sont tendance depuis quelques années, mais ceux dont nous allons parler ne sont pas particulièrement récent, bien au contraire. En effet, les tatouages qui nous intéressent aujourd’hui appartiennent à une momie découverte en Egypte par les équipes de l’égyptologue Cédric Gobeil, chercheur de l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale) dans le village de Deir el-Médineh.

La momie, âgée de près de 3300 ans, a la particularité d’être bardée de motifs représentant des animaux, des végétaux et aussi et surtout des effigies de divinités, une première.

Momie Tatoo

Les tatouages étaient aussi tendances à l’époque des pharaon.

Si la découverte remonte à 2015, elle n’a été rendue pleinement publique qu’avec un article de la revue scientifique Nature. L’article en question fournit d’importants détails sur cette momie.

Cette femme a vécu quelques années après le règne de Toutankhamon

On apprend ainsi que la momie était une femme (âgée d’entre 24 et 35 ans) ayant vécu il y a 3300 soit quelques années seulement après le règne du célèbre Toutankhamon, et que son corps comporte pas moins de 30 tatouages aux figures variées, disposées à plusieurs endroits.

Sur sa gorge et ses deux bras il est encore possible d’apercevoir des yeux Oudjat “incarnant le signe Nefer qui signife bon, beau ou du parfait”, des babouins assis, des représentations de Thot “ayant une fonction prophylactique”, mais également des cobras ondulant, des fleurs et deux vaches se faisant face “représentant la déesse Hathor, laquelle faisait l’objet d’un culte à Deir el-Médineh”, comme le précise le chercheur.

Profession : Prêtresse ou magicienne

Cette étonnante momie qui a été découverte entassée avec une centaine d’autres, dans la tombe TT290 (rapidement fouillée dans les années 30 par l’égyptologue Bernard Bruyère), a attiré l’œil d’Anne Austin – une chercheuse américaine de l’université de Stanford invitée à la fouille – intriguée par cette momie sans tête ni jambes qui semblait couverte de motifs.

Des motifs de l’Egypte pharaonique qui indiquent que cette femme était de son vivant une prêtresse, une musicienne de la déesse Hathor ou peut-être même une magicienne qui selon Cédric Gobeil : “pouvait venir en aide aux gens en tant que charmeuse de serpents ou de scorpions, ou même communiquer avec les morts “, comme le laisseraient croire les serpents tatoués sur sa peau.

Tatouages momie égyptienne

Tatouages momie égyptienne

Un tatouage vieux de plus de 3000 ans

Crédit photo : Abcnews