Monsanto : Le géant des pesticides accepte de plaider coupable et de payer une amende pour usage illégal de pesticide

Monsanto, le géant de la biotechnologie et des intrants agricoles est de nouveau sous les feux des projecteurs dans le cadre d’une affaire pour usage de pesticide prohibé. Déjà, tourmenté l’affaire concernant les allégations d’utilisation de composants cancérigènes pour le Roundup, on peut dire que tout cela n’est pas très positif pour la firme.

Concrètement, Monsanto a été accusée d’avoir fait usage de pesticide d’une grande toxicité, le Penncap-M, dans le cadre de ses recherches agronomiques sur l’un de ses sites à Hawaï, plus précisément à Maui. Et aux termes des débats judiciaires, Monsanto a plaidé coupable et accepte de payer 10 millions de dollars.

Crédits Pixabay

En effet, la société a reconnu ses torts pour cette affaire qui a été portée devant la Cour du district central de Californie. Pour le coup, la justice américaine que cela devrait servir de leçon aux entreprises qui œuvrent dans le domaine agricole, car cela constitue vraiment un danger pour l’environnement et les personnes.

L’appareil judiciaire Américaine veut en faire un exemple

Selon les documents judiciaires que Monsanto a présentés dans le cadre de cette affaire, le dangereux pesticide dénommé Penncap-M, une substance reconnue comme ayant des propriétés neurotoxiques, a été pulvérisé sur des semences de maïs et utilisé sur d’autres types de cultures sur son site de Valley Farm en 2014.

De plus, les employés de la boîte ont fait face à une exposition forcée à la substance malgré les directives gouvernementales selon laquelle un mois, au minimum, doit passer pour que les risques présentés par le produit soient moindres. En effet, les ouvriers ont été forcés à accéder aux parcelles traitées seulement une semaine après les traitements.

Ce qui est vraiment étonnant dans l’histoire, c’est que Monsanto a quand même continué de faire usage de ce produit malgré le fait que l’Agence de la Protection de l’environnement l’ait interdit en 2013, soit une année avant les faits.

Une faute avouée est à moitié pardonnée ?

Après l’intervention des avocats de Monsanto aux plus hauts niveaux de la Justice et de sa plaidoirie pour un délit de moindre envergure, Monsanto s’en sort avec une amende de 6 millions de dollars et se doit aussi de payer 4 millions de dollars aux services d’intérêt général du gouvernement fédéral hawaïen.

Le gouvernement américain a toutefois accepté d’annuler dans deux ans les accusations contre Monsanto, s’il respecte bien les termes de l’accord. Le procureur américain du district central de Californie Nick Hanna a malgré tout insisté sur le fait que ce comportement en plus d’être illégal, constitue une menace pour l’environnement et les personnes environnantes.

D’autant que Monsanto devra encore répondre devant la justice face aux nombreuses poursuites alléguant que son herbicide, le Roundcup, est cancérigène.

s https://phys.org/news/2019-11-monsanto-guilty-pesticide-crop.html

Mots-clés écologie