MWC 2017 : Netflix explique sa position sur la réalité virtuelle

À part la 5G, les nouveaux appareils, les voitures connectées et autres, la réalité virtuelle fait également partie des sujets très abordés au MWC. Visiblement, presque tous les acteurs du marché s’y intéressent, sauf peut-être Netflix. Toujours aussi sceptique sur le sujet, le groupe affirme que la technologie n’a pas une très grande importance pour le moment.

Todd Yellin, le vice-président de Netflix s’est même adressé à ses interlocuteurs en leur demandant s’ils vont vraiment utiliser un casque de réalité virtuelle pour regarder leurs séries ou films. C’est le genre de technologie que le groupe trouve actuellement inutile et superflu.

Netflix RV

Netflix ne compte pas investir dans la réalité virtuelle pour le moment.

Pour sa part, la société creuse surtout sur des moyens de mettre en place des innovations moins visibles, une économie de bande passante par exemple.

Netflix préfère se focaliser sur les innovations du temps présent

Très posé, Todd Yellin a également précisé lors de son allocution qu’il ne fallait pas se lancer tête baissée dans une innovation sans raison. Pour lui, il faut avant tout qu’elle serve à quelque chose et qu’elle apporte une plu-valu. Il a aussi précisé que les contenus actuels ne sont pas encore adaptés à ce mode de consommation.

Plutôt que d’investir du temps et de l’argent dans une technologie qui ne se démocratisera pas avant plusieurs années, Netflix préfère donc se concentrer sur les innovations qui bénéficient directement à l’utilisateur.

Le représentant du groupe a par ailleurs évoqué une des dernières fonctions mises en place sur l’application, une fonction permettant de regarder les vidéos avec la même qualité tout en utilisant moins de bande passante.

Priorité : moins de consommation de bande passante

Cette prouesse a été rendue possible par l’utilisation du VP9, un codec élaboré par les ingénieurs de Google.

En parallèle, Netflix est aussi l’un des fondateurs de l’Alliance for Open Media dont les membres sont composés par des grands acteurs du marché, des acteurs tels que Google, Microsoft ou même Nvidia…

Todd Yellin ne compte d’ailleurs pas en rester là et il a ainsi annoncé que ses équipes étaient en train de travailler sur de nouveaux codecs afin de réduire encore un peu plus la bande passante utilisée par le service. En fait, le VP9 n’est que le début de ce processus.

Un programme moins bluffant que la réalité virtuelle, mais qui est bien plus utile pour le public, selon Netflix. C’est surtout valable pour certains endroits où les débits sont plus faibles.

Cependant, il faut souligner que l’entreprise change parfois d’avis. Cela a été notamment le cas avec le téléchargement hors ligne.

 

Mots-clés netflix