[MWC 2018] Huawei est capable de piloter une Porsche grâce à l’IA de son Mate 10 Pro

Le Mate 10 Pro est un excellent smartphone et ce n’est certainement pas Fred qui dira le contraire. Mais ce qui lui permettait de se démarquer de toute la ribambelle d’excellents téléphones lancés sur le marché ces derniers mois, c’est qu’il était l’un des seuls à embarquer une puce NPU, vouée corps et âme à l’intelligence artificielle. Et comme Huawei a bien l’intention de montrer de quoi sa puce est capable – au-delà de traduire des bribes de texte et d’améliorer nos catastrophiques prestations en photo – la firme a décidé de lui faire… conduire une Porsche.

C’est donc sur un parking aménagé aux abords des différents halls accueillant le Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, que le géant chinois a décidé de faire rouler son joujou à l’IA. Et le pire dans l’histoire c’est que ça roule plutôt bien.

L’intelligence artificielle contenue dans un Huawei Mate 10 Pro est capable de prendre les commandes d’une Porsche Panamera. Vous n’en croyez pas vos oreilles ? Huawei en a pourtant fait la démonstration…

Quelques tours de piste sur un parcours parsemé d’obstacles divers (un vélo, un chien ou encore un ballon) auront donc permis à Huawei de montrer les capacités de son intelligence artificielle, dans un domaine sur lequel on ne l’attendait certainement pas. Mais le plus exaltant reste que la Porsche Panamera – sortie du garage et peinturlurée aux couleurs du constructeur de Shenzhen pour l’occasion – n’était manœuvrée qu’à l’aide d’un Mate 10 Pro fixé au par brise du SUV au moyen d’un simple support pour smartphone.

Une voiture autonome propulsée par un smartphone

Comme l’explique Le Point, seul l’équipement habituellement installé sur les voitures autonomes (caméras, capteurs et quelques éléments de robotiques permettant de prendre en charge le pilotage) venait épauler le Huawei Mate 10 Pro dans sa tâche. Aucune technologie tierce n’était de la partie.

Questionné par l’AFP, Arne Herkelmann (Responsable innovation chez Huawei) s’est simplement contenté d’expliquer avoir « lancé le projet il y a cinq semaines » en vue de « montrer concrètement ce que pouvait apporter [leur] IA« , ajoutant : « le smartphone contrôle totalement la voiture, nous n’avons rien ajouté à bord en dehors des éléments de pilotage« .

Précision importante, Huawei n’ambitionne pas de proposer sa propre solution de pilotage sans conducteur. Préférant visiblement laisser la chose à Nvidia, Intel et les autres, le géant chinois cherchait juste à épater la galerie. Et compte tenu du résultat final, c’est globalement réussi.