On a peut-être résolu le mystère de la Nébuleuse Bleue

Parmi les objets mystérieux se trouvant dans notre galaxie, il y a celui que les astronomes appellent la Nébuleuse Bleue. Celle-ci se trouve à une distance de 6200 années-lumière de la Terre et a été découverte en 2004. Il s’agit en fait d’une étoile du nom de TYC 2597-735-1 entourée d’une nébuleuse ayant la forme d’un anneau et qui brille quand on l’observe dans le domaine des ultra-violets. Les astronomes indiquent que cette formation est unique dans la Voie Lactée, ce qui fait qu’il est très difficile de savoir ce qu’il s’est passé pour qu’elle ait une telle forme.

Après des années de spéculations, une étude récemment publiée dans la revue Nature pourrait finalement avoir trouvé l’explication derrière l’origine de la mystérieuse Nébuleuse Bleue, et ce serait la collision de deux étoiles. Les scientifiques ont en effet découvert que l’étoile TYC 2597-735-1 était un système binaire il y a de cela moins de 5000 ans et la fusion a formé la nébuleuse avec le gaz et les débris éjectés. La Nébuleuse Bleue est alors le plus jeune système binaire fusionné jamais découvert par les astronomes.

Crédits Pixabay

Selon Keri Hoadley, chercheur à Caltech et premier auteur de l’étude, la collision de deux étoiles est assez commune. Toutefois, les étoiles sont rapidement cachées par toute la poussière et la matière éjectée et on ne peut pas voir ce qu’il se passe. Hoadley explique ainsi que la Nébuleuse Bleue représente une des dernières étapes de ce phénomène de fusion, lorsque la poussière se dissipe et qu’on peut voir ce qu’il y a à travers. Mais c’est aussi l’étape avant que la nébuleuse ne se dissipe et qu’on ne puisse plus dire qu’il s’est bien passé quelque chose.

Les étoiles binaires dans la galaxie

On pourrait penser que les étoiles doubles sont très rares, mais apparemment, ce n’est pas du tout le cas. Selon les scientifiques, ces systèmes sont très communs dans notre galaxie. Jusqu’à 85 % des étoiles dans la Voie Lactée pourraient en effet former des systèmes binaires, ternaires, ou même quaternaires. Il existerait aussi des preuves montrant que toutes les étoiles commencent leur vie avec des compagnons binaires, et c’est aussi le cas du Soleil.

On peut ainsi dire que le nombre d’étoiles qui se sont séparées ou qui ont fusionné est très élevé. Pour la fusion, les deux étoiles sont sur une même orbite et elles finissent généralement par entrer en collision lorsqu’il y a perte d’énergie. C’est en 2008 que les astronomes ont enregistré pour la première fois la fusion de deux étoiles dans la Voie Lactée.

A lire aussi : Une fusée alimentée par le Soleil pour visiter l’espace interstellaire ?

Le cas de la Nébuleuse Bleue

Au cours de leur travail, l’équipe de scientifiques a utilisé les modèles théoriques développés par leur collègue Brian Metzger du Columbia University pour étudier la Nébuleuse Bleue. Les résultats montrent que la forme de la nébuleuse, son éclat visible dans le domaine de l’ultraviolet, ainsi que sa structure complexe en anneaux correspondent à une paire de cônes de matériau éjecté vers l’extérieur à partir d’un objet central, et cela s’est produit il y a moins de 5000 ans.

D’après les modèles, le scénario le plus probable est la collision entre une étoile ayant environ la même masse que le Soleil et une autre dix fois moins massive. Comme la plus grosse étoile atteignait la fin de sa vie, elle a commencé à gonfler et à se rapprocher de son compagnon qui s’est mis à accréter une partie de la masse de la grosse étoile. Comme la petite étoile n’a pas pu retenir cette masse en plus, elle a éjecté de la matière vers le deuxième point de Lagrange du système, et cela a créé un disque autour des deux objets.

A lire aussi : La fusée Vega d’Arianespace est perdue

Pendant ce temps, la petite étoile s’est rapprochée de la plus grosse pour commencer le processus de fusion. Lorsque du gaz a été éjecté au cours du processus, le disque a joué le rôle d’un collier qui a donné la forme de deux cônes au matériau éjecté.

Selon les scientifiques, comprendre la place de l’étoile TYC 2597-735-1 et celle de la Nébuleuse Bleue au niveau du schéma d’évolution des étoiles pourrait aider à connaitre la fréquence de ces collisions dans la Voie Lactée.

Mots-clés astronomie