Le mystère de la “porte des enfers” du Darvaza

Si vous avez un jour l’occasion de voyager au Turkménistan, n’oubliez pas de faire un détour à Darvaza, dans la province d’Ahal. Dans cette région se cache en effet un cratère brûlant également connu sous le nom de « Porte de l’enfer. » Cette fosse en fusion se trouve plus précisément dans la plaine du centre nord du désert de Karakum.

Depuis 50 ans, le cratère du Darvaza attire des milliers de curieux venus des quatre coins du globe. Le feu qui brûle dans cette fosse perdure depuis des décennies. D’après les sources, il est alimenté par les dépôts de gaz naturel se trouvant dans cette région. Ce cratère en fusion dispose d’une largeur de 69 m et d’une profondeur de 30 m.

La photo d'un désert

Aujourd’hui, cette fosse est devenue l’une des principales attractions touristiques du Turkménistan.

Un feu allumé par les Soviétiques

L’histoire de ce cratère remonte à 1971. À cette période, des géologues soviétiques ont exploré la région de Darvaza pour y établir un champ pétrolifère. Ils ont commencé par réaliser des forages pour déterminer la quantité de gaz qu’il y avait sur place. C’est alors qu’ils ont découvert une source de gaz naturel.

À un moment des opérations, la terre s’est effondrée sous leurs pieds. Cela a donné naissance au cratère qui est encore visible dans le désert du Karakum. Cet incident a libéré une grande quantité de méthane dans l’air. Les Soviétiques se sont inquiétés de l’impact que cela pourrait avoir sur l’environnement et sur la population locale. Pour contrôler les émanations de gaz, ils ont eu l’idée de mettre le feu au cratère.

Les scientifiques pensaient qu’il ne brûlerait que quelques semaines. C’était pourtant bien loin de la réalité.

A lire aussi : L’histoire méconnue du Red Orchestra

Un cratère qui abrite des organismes vivants

50 ans plus tard, le cratère du Darvaza continue de brûler. Avant 2013, personne n’avait osé s’aventurer au cœur de cette fosse en fusion. L’aventurier canadien George Kourounis est le premier à l’avoir explorée. C’était une mission périlleuse qui a nécessité plusieurs années de préparations.

Lorsqu’il est descendu dans les profondeurs du cratère, George Kourounis était vêtu d’un baudrier en kevlar et d’une combinaison ignifugée. Les prélèvements qu’il a faits dans la fosse ont permis d’en apprendre plus à son sujet. Les chercheurs ont notamment découvert qu’elle abritait des organismes vivants, dont des bactéries.

En 2010, le président du Turkménistan Gurbanguly Berdimuhamedow a voulu faire fermer le cratère, en vain.