La NASA et SpaceX testent le système d’amarrage entre le vaisseau Starship et la capsule Orion

Pour la NASA, le retour sur la Lune de ses astronautes doit se faire au cours des années à venir dans le cadre du programme Artemis. Avec ses partenaires, l’agence spatiale américaine travaille actuellement pour atteindre cet objectif. Récemment, la NASA et SpaceX ont procédé à 200 tests sur le système qui servira à connecter la capsule Orion avec le vaisseau Starship. Ce dernier servira d’alunisseur pour les astronautes de la mission Artemis 3, prévue pour 2026.

Dans un communiqué, les responsables de la NASA ont indiqué que les ingénieurs du Johnson Space Center ont passé 10 jours à connecter le matériel conçu pour le Starship de SpaceX et celui qui sera installé sur la capsule Orion développée par Lockheed Martin. Selon les explications, les tests ont été faits suivant « différents angles et vitesses d’approche ».

Système d'amarrage Starship- Orion
Crédits SpaceX

D’après la NASA, ces résultats concrets, obtenus à l’aide d’un matériel grandeur nature, permettront de valider les modèles informatiques du système d’amarrage de l’atterrisseur lunaire.

A lire aussi: La FAA vient de terminer son enquête sur le deuxième vol du Starship de SpaceX

Un amarrage en orbite lunaire

Au cours de la mission Artemis 3, deux vaisseaux spatiaux seront utilisés. Tout d’abord, il y aura la capsule Orion qui transportera les astronautes jusqu’à l’orbite lunaire. Ensuite, il y a le vaisseau Starship qui servira de navette entre l’orbite lunaire et la surface de la Lune. Les astronautes devront ainsi passer de la capsule Orion au Starship lorsqu’ils seront en orbite autour de la Lune, d’où la nécessité d’un amarrage.

D’après la NASA, lors des tests, le Starship avait un rôle actif, c’est-à-dire que son port d’amarrage était celui qui « chassait » le port de la capsule Orion. Les tests avaient pour but d’assurer que le système de « capture douce » de SpaceX pouvait s’étendre vers Orion pendant que le système passif de celle-ci restait rétracté.

Pour le moment, le vaisseau Starship n’a pas encore réussi à atteindre l’orbite terrestre. Toutefois, son système d’amarrage lunaire a déjà fait ses preuves. En effet, ce système est basé sur le système Dragon 2 qui est actuellement utilisé sur la Station Spatiale Internationale (ISS). Au cours des futures missions après Artemis 3, le Starship devra également s’amarrer à la station spatiale lunaire Gateway.

Le choix du Starship

SpaceX a été choisie comme gagnante du contrat Human Landing System (HLS) en 2021. L’objectif était de trouver une entreprise capable de transporter des astronautes de l’orbite lunaire à la surface de la Lune.

Blue Origin et Dynetics étaient les autres compagnies qui avaient postulé pour obtenir le contrat. Elles ont déposé une plainte concernant le choix de SpaceX, mais le Government Accountability Office a déclaré que la décision de la NASA ne présentait aucun « préjudice concurrentiel ». Plus tard, le Sénat des Etats-Unis a demandé à la NASA de sélectionner une autre entreprise pour disposer d’un second alunisseur. L’agence a finalement choisi Blue Origin et son système d’alunissage Blue Moon.

Aujourd’hui, on attend les résultats de SpaceX concernant le développement du Starship. Les deux premiers tests de vol de l’appareil n’ont pas atteint l’objectif prévu, et la compagnie compte prochainement effectuer un troisième vol.

SOURCE: Space.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.