NET Power a compris comment capturer le carbone

NET Power a découvert comment utiliser de manière optimale les combustibles fossiles, plus précisément sans que ces combustibles ne propagent plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

C’est une caractéristique des combustibles fossiles qui a été grandement critiquée par les défenseurs de l’environnement, mais à laquelle NET Power semble avoir trouvé une solution.

La capture du dioxyde de carbone est sans doute le procédé le moins populaire de toutes les technologies proposées par les entreprises énergétiques pour lutter contre le changement climatique. L’idée serait de piéger le gaz carbonique émis par les centrales électriques à combustion fossile avant qu’il ne s’échappe dans l’atmosphère.

Néanmoins, le procédé est resté jusqu’à présent dans le domaine théorique en raison de son coût d’exploitation élevé.

Un procédé qui capture 100% des émissions de carbone

NET Power a trouvé un moyen de produire de l’électricité à partir du gaz naturel tout en capturant 100% du carbone émis par la centrale électrique. Pour cela, l’entreprise n’a pas utilisé de la vapeur comme dans les centrales électriques traditionnelles, mais a opté pour du CO2 sous pression qui, non content d’augmenter l’efficacité de la centrale électrique, ne laisse échapper aucune émission de carbone.

Bill Brown, le chef de la direction, déclare que la société est parvenue à concevoir une centrale électrique plus propre et moins coûteuse. Quant au CO2 capturé, l’entreprise prévoit de l’utiliser dans la fabrication de plastiques, de matériaux de construction et de produits chimiques.

Le CO2 capturé utilisé à d’autres fins… pas très écologiques

L’une des plus grandes utilisations du CO2 est l’extraction assistée du pétrole. Il s’agit d’injecter le dioxyde de carbone dans la terre pour en retirer une plus grande quantité de combustibles fossiles. Pour Brown, ce procédé ne porte nullement atteinte à l’objectif de l’entreprise.

Selon lui, le problème n’est pas de mettre le CO2 dans la terre, mais de le laisser se propager dans l’atmosphère. Rodney Allam, l’ingénieur britannique qui a inventé le procédé de base a déclaré que c’était un compromis nécessaire pour avoir un avenir durable étant donné que les énergies renouvelables ne pourront pas répondre aux besoins mondiaux en énergie.

L’ingénieur ajoute que la seule solution à ce problème est de miser sur le contrôle des émissions de carbone des combustibles fossiles.