Netflix a apparemment conservé tous les choix que nous avons faits pour Black Mirror Bandersnatch

Netflix a repris les droits de diffusion de Black Mirror en 2016 et depuis cette acquisition, la série continue de surprendre par son originalité et sa créativité. Motivée par l’envie de pousser cette originalité encore plus loin, la plateforme de streaming a décidé depuis la fin décembre 2018 de diffuser Black Mirror : Bandersnatch, un film interactif qui invite le téléspectateur à choisir entre plusieurs propositions pour avancer dans l’histoire et découvrir ainsi les différents dénouements proposés par Netflix.

Le concept était audacieux, prometteur et extrêmement bien fait, ne serait-ce que pour mentionner la reconstitution parfaite de l’Angleterre des années 80. Malheureusement, le film n’a pas convaincu tout le monde. D’après certaines critiques, l’interactivité a affaibli le scénario de Bandersnatch.

Black Mirror Bandersnatch

Capture YouTube

En dépit de cela, nombreux sont ceux qui ont joué le jeu de l’interactivité en faisant des choix tout au long de leur visionnage et apparemment toutes ces données ont été conservées par Netflix.

Un utilisateur demande des explications à Netflix

C’est grâce à Michael Veale, chercheur en politique technologique, qu’on a pu découvrir ce que Netflix faisait des réponses envoyées par les téléspectateurs qui ont regardé Black Mirror Bandersnatch.

Michael Veale a utilisé la RGPD pour demander à la plateforme de streaming quelles informations parmi celles qu’il avait fournies étaient stockées. Après avoir bien clarifié les raisons de sa demande, Netflix lui a répondu en lui envoyant deux mails et deux fichiers tableur et PDF avec des contenus chiffrés et lisibles après l’utilisation d’un code fourni par le service.

Des données conservées et associées aux comptes Netflix

Après avoir reçu les réponses envoyées par Netflix, Michael Veale a publié les documents qu’il avait reçus sur Twitter. Il a expliqué ensuite que tous les choix qu’il avait effectués au fil de son visionnage sont toujours conservés et associés à son profil et cela, deux mois après qu’il ait regardé le film.

Lors d’une interview accordée à Motherboard, le chercheur a expliqué que sa requête avait un but pédagogique. Michael Veal aimerait inciter les gens à considérer ce type de requêtes comme normales et à utiliser ce droit dès qu’ils en ressentent le besoin.

D’après lui, les services en ligne pourront améliorer et standardiser leurs mécanismes de réponse pour les rendre plus complets et plus précis.

? La Nintendo Switch à 269 € chez eBay, avec expédition depuis l’Europe

Mots-clés black mirrornetflix