Netflix continue de fermer sa porte aux publicités

Le mardi 21 janvier 2020, le PDG de Netflix, Reed Hastings, a réitéré que Netflix n’adoptera pas de modèle commercial basé sur les annonces publicitaires pour accroître son chiffre d’affaires, rapporte TechCrunch.  En effet, lors du bilan du quatrième trimestre de la société, Netflix a de nouveau confirmé sa position face à l’idée d’un financement via les publicités. La raison de ce refus catégorique serait que, selon Hastings, il n’y a pas d ‘«argent facile» dans une entreprise de publicité en ligne qui doit rivaliser avec Google, Amazon et Facebook.

Et ce même si Reed Hastings reconnaît que : «Google, Facebook et Amazon sont extrêmement puissants en matière de publicité en ligne, car ils intègrent d’innombrables données provenant d’innombrables sources. Cela a un coût commercial, mais cela rend la publicité plus ciblée et plus efficace. Je pense donc que ces trois-là vont obtenir l’essentiel de la publicité en ligne ».

Crédits Pexels

Toutefois, le PDG ajoute que pour développer une activité publicitaire de 5 à 10 milliards de dollars, il faut «arracher » ce chiffre d’affaires aux fournisseurs existants. En d’autres termes, «  voler » des activités de publicité en ligne sur Amazon, Google et Facebook, ce qui selon lui est «assez difficile».

C’est pourquoi, il affirme qu’ « il n’y a pas d’argent facile là-bas».

Netflix affirme n’être intéressé que par le plaisir de ses clients

Dans sa déclaration, le PDG affirme avoir « un modèle commercial beaucoup plus simple, qui se concentre uniquement sur le streaming et le plaisir des clients ».

Il a d’ailleurs noté que Netflix a pris une décision stratégique en n’entrant pas dans le secteur de la publicité et que cela comporte un certain nombre d’avantages comme celui de ne pas être touché par la controverse qui entoure les entreprises qui collectent des données personnelles sur leurs utilisateurs.

En ce qui concerne l’idée selon laquelle Netflix devrait collecter plus de données sur ses abonnés, comme leur localisation, pour développer son activité, le PDG déclare que cela n’intéresse pas l’entreprise. Hastings a même qualifié ce comportement d’exploitation des utilisateurs.

Il affirme : « Nous ne collectons rien. Nous nous concentrons vraiment sur le plaisir de nos membres ».

En vrai ? Netflix collecte des données, pas autant que les autres, mais un peu quand même.

Mais jusqu’où vont ces vœux pieux ? Selon TechCrunch, cela n’est pas tout à fait vrai, car Netflix suit les données d’audience afin de déterminer quels programmes originaux devraient être renouvelés et lesquels devraient être annulés. Le service examinerait également les tendances globales de visionnage afin de déterminer quels seront les nouveaux programmes à prioriser ou à développer et Netflix surveillerait même les interactions des abonnés à son service pour personnaliser l’écran d’accueil de Netflix afin de leur montrer plus de contenus qu’ils sont susceptibles d’aimer.

Justement, Netflix a récemment ajouté une nouvelle mesure d’audience relative au choix de visionnage des abonnés, qui compte le nombre de personnes qui ont délibérément regardé une émission ou un film pendant au moins deux minutes. Selon TechCrunch, même si c’est un délai bien plus long que sur Facebook ou sur YouTube, cela n’indique pas le nombre de personnes qui ont regardé l’émission jusqu’à la fin. Malgré tout, il semblerait qu’aucun de ces suivis d’audience ne soit comparable aux pratiques de collecte de données des autres grandes plateformes numériques.

Hastings indiqua qu’avec ce modèle, l’entreprise espère obtenir « des revenus plus importants, des bénéfices plus importants et une capitalisation boursière plus importante, car nous ne sommes pas exposés à quelque chose qui nous est stratégiquement défavorisé – à savoir la publicité en ligne contre ces trois grands». Tout en ajoutant fermement dans sa déclaration que « lorsque vous lisez les spéculations selon lesquelles nous nous dirigeons vers la vente de publicité, soyez sûrs que c’est faux ».

Mots-clés netflixpublicités