Netflix est peut-être en train de ruiner votre vie sexuelle

Netflix compte de nombreux adeptes à travers le monde, mais il n’intéresse pas uniquement les cinéphiles ou les amateurs de série. Des chercheurs ont en effet mené récemment une étude portant sur le service, et plus précisément sur son impact sur notre sexualité.

Netflix a fait pas mal de chemin depuis ses débuts dans les années 90.

Netflix Root

Après avoir passé plusieurs années à verser dans la location de films par correspondance, l’entreprise de Los Gatos a eu la folle idée de mettre sur pied un service permettant de visionner des films et des séries en toute légalité sur la toile.

Netflix, un service incontournable

Contre toute attente, Reed Hasting et ses associés ont réussi à persuader les studios de tenter l’expérience et la toute première version du service a ouvert ses portes en 2007, à la stupeur générale.

Longtemps cantonné au territoire nord-américain, Netflix est désormais disponible dans pas mal de pays et le service compte ainsi plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs à travers le monde.

Il est évidemment possible – ou probable – que vous en fassiez partie et si tel est le cas, alors la dernière étude menée par l’Université de Lancaster au Royaume-Uni devrait beaucoup vous intéresser.

En analysant les données en provenance de 400 foyers, les chercheurs ont en effet remarqué des pics de consommation assez tardifs, des pics intervenant généralement entre 22 et 23 heures.

D’après eux, ces pics s’expliquent essentiellement par une mutation de nos habitudes nocturnes. Les scientifiques en charge de l’étude ont en effet établi une corrélation entre ces pics et l’explosion des services de streaming. Selon leurs conclusions, nous serions en effet de plus en plus nombreux à passer nos soirées sur Netflix et consort  :

“Dans la mesure où ce trafic est associé à la visualisation de films ou de programmes plutôt qu’à de courtes vidéos sur YouTube, cela suggère que les appareils mobiles sont utilisés pour prolonger les heures de visionnage de la télévision, peut-être après l’extinction du téléviseur.”

Les usages changent

Les chercheurs ne se sont évidemment pas contentés d’analyser les données brutes recueillies au cours de l’étude et ils se sont également entretenus longuement avec plusieurs participants afin de mieux cerner leurs habitudes de consommation. La plupart d’entre eux ont avoué prolonger leurs séances de cinéma depuis leur lit, au travers de leur smartphone ou de leur tablette.

David Spiegelhalter, un scientifique travaillant pour l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, avait mené une étude similaire en 2016, une étude portant cependant davantage sur la sexualité des couples. L’expérience avait révélé une baisse du nombre de rapports sexuels au fil des années. À l’époque, le brillant chercheur avait expliqué ces changements par la montée de la connectivité et l’émergence des plateformes telles que Netflix ou Hulu.

Cette nouvelle étude semble lui donner raison.

Mots-clés netflix