Netflix a participé à une réunion organisée par l’Elysée. Pour discuter de son lancement en France ?

Netflix est attendu en France comme le messie. L’autre, pas le joueur de foot. Il faut dire aussi que la petite boite américaine s’est pas mal exportée à l’étranger depuis l’année dernière, quittant les Etats-Unis et le Canada pour s’installer confortablement au Royaume-Uni, ou même en Suède. Mais voilà, notre gros problème à nous, c’est notre législation et un service comme Netflix n’aurait finalement aucun intérêt à s’installer dans l’hexagone. Du moins pas pour le moment, et vous allez très vite comprendre pourquoi.

En terme d’infrastructure, aucun problème de notre côté car si les français ne sont pas doués en mathématiques, ils ont au moins le bon goût d’être très bien équipé. Notre belle contrée compte ainsi pas moins de 24 millions d’abonnés au haut et au très haut débit si l’on en croit les derniers sondages. Netflix n’aurait donc aucun mal à distribuer son catalogue sur le territoire.

Netflix France

Où l’on reparle, encore, de l’arrivée de Netflix en France…

En réalité, c’est lui qui pose problème. Qui ? Le catalogue, voyons. En France, il est effectivement formellement interdit de diffuser des films trop récents. Tous les acteurs du marché doivent ainsi attendre trois années avant de pouvoir proposer les longs-métrages en VOD. Trois ans, c’est énorme et c’est aussi un peu pour ça que l’offre légale a beaucoup de mal à se développer en France. Enfin ça, et les tarifs pratiqués par les plateformes dédiées, cela va de soi. Si les gens ont déjà du mal à acheter de la viande, ils ne vont pas s’amuser à claquer 1.99€ pour le dernier épisode de leur série préférée, alors que ce dernier est disponible, sous le manteau, sur plusieurs sites underground. Pour reprendre le célèbre adage, il ne faut pas pousser mémé dans les orties.

Netflix, lui, ne fonctionne pas comme ces plateformes puisque le service se contente de proposer un accès illimité à son catalogue en échange d’un abonnement fixé à quelques euros par mois. Exactement comme Spotify ou Deezer, mais pour les films et les séries donc.

Ce n’est pas encore gagné !

La petite société américaine aimerait sans doute beaucoup s’installer en France et c’est sans doute ce qui a poussé plusieurs de ses dirigeants à se rendre à l’Elysée ce mercredi 4 décembre. Les raisons de leur visite ne sont pas officiellement connues mais Le Figaro (le vrai) pense que cette entrevue visait à discuter de l’installation de Netflix dans notre beau pays. L’idée serait assez simple, il s’agirait tout bonnement de faire sauter ce fameux délai évoqué un peu plus haut. En proposant des films récents, la plateforme pourrait effectivement toucher un large public, et donc séduire un maximum de consommateurs.

Toujours selon le quotidien, Netflix aurait même bouclé son catalogue et il compterait ainsi s’installer chez nous dès l’automne prochain. Les négociations iraient d’ailleurs bon train, le gouvernement et les professionnels du secteur ne demanderaient ainsi que trois ou quatre choses à la société : qu’elle opère directement depuis la France, qu’elle s’acquitte de cette bonne vieille TVAqu’elle participe au financement de la création cinématographique et audiovisuelle et qu’elle respecte le délai évoqué un peu plus haut. Maintenant, il y a quand même de grandes chances que tout le monde ne voit pas l’arrivée de Netflix d’un très bon oeil.

Après, quand on veut lutter efficacement contre le piratage, la meilleure des solutions c’est de proposer une vraie alternative.

Sachez d’ailleurs que la France n’est pas la seule destination figurant sur la liste du trublion de la VOD. Non, si l’on en croit ce qui se murmure sur la toile, ce dernier pourrait également lancer son offre en Belgique à la fin du premier semestre 2014, et en Allemagne dans la foulée.

Mots-clés netflixrumeurs