Netflix poursuivi pour pédopornographie au Texas à cause du film « Mignonnes »

Il y a quelques semaines, Netflix a suscité une vive polémique avec l’affiche promotionnelle du film français « Mignonnes » (« Cuties » en anglais) : l’affiche montrait en effet les jeunes héroïnes dans des poses jugées trop suggestives. Vivement critiqué par les internautes, le géant du streaming est ensuite devenu la cible de nombreuses personnalités politiques américaines qui l’accusaient de promouvoir la pornographie infantile.

Aujourd’hui, l’affaire prend un tournant encore plus grave, car un grand jury du Texas a décidé de poursuivre et condamner Netflix pour pédopornographie ! Rapporté par le Texas Tribune, le grand jury a indiqué que c’est toute la société qui a été inculpée et non ses dirigeants seulement.

Crédits Pixabay

L’acte d’accusation a été délivré fin septembre par le comté de Tyler, dans l’est du Texas. Dans un communiqué de presse, le procureur Lucas Babin a indiqué avoir décidé d’inculper la plateforme pour avoir fait la promotion d’un film qui sexualise de jeunes filles mineures dans son comté.

Une promotion et des images choquantes selon le Jury

Netflix est principalement accusé par le procureur Lucas Babin de « promouvoir en connaissance de cause du matériel visuel qui représente l’exhibition obscène des parties génitales ou de la région pubienne d’un enfant habillé ou partiellement habillé qui avait moins de 18 ans au moment où le matériel visuel a été créé, qui fait appel à l’intérêt lubrique pour le sexe et qui n’a aucune valeur sérieuse, littéraire, artistique, politique ou scientifique ».

« Après avoir entendu parler du film Cuties et l’avoir regardé, je savais qu’il y avait des raisons probables de croire qu’il était criminel », a également déclaré Lucas Babin en faisant référence à une courte séquence qui s’attarde sur le ventre et les fesses des jeunes danseuses.

Un film qui dénonce l’hypersexualisation des jeunes filles

« Mignonnes » raconte l’histoire d’Amy, une jeune immigrée sénégalaise de 11 ans qui décide d’intégrer un groupe de danse dont les chorégraphies sont beaucoup trop osées pour des fillettes. Réalisé par Maïmouna Doucouré, cinéaste d’origine franco-sénégalaise, le film souhaitait avant tout dénoncer l’hypersexualisation dont sont actuellement victimes de nombreuses jeunes filles à travers le monde. A sa sortie, l’œuvre avait été largement saluée par les critiques françaises et américaines et avait même décroché le prix de réalisation au festival américain de Sundance.

Oui, mais voilà, il aura malheureusement suffi d’une bourde de la part de Netflix pour que le message véhiculé par le film soit interprété de travers par le public et les politiciens. Une pétition avait même été lancée pour exiger que « Mignonnes » soit retiré du catalogue de Netflix, mais le géant du streaming avait tenu bon jusque-là et réitéré à chaque fois son soutien envers le film.

Reste à voir si cette condamnation (qui pourrait n’être qu’un début) le fera changer d’avis. Contacté par Texas Tribune, Netflix n’a pas encore tenu à faire de commentaires sur toute cette affaire.

Mots-clés netflix