Quand New Horizons s’est approché de l’astéroïde Arrokoth

Le 1er janvier 2019, New Horizons frôlait l’astéroïde Arrokoth. Retour sur cet évènement majeur qui marquera à jamais l’histoire de l’astronomie.

Lancée en 2006 dans l’objectif principal d’étudier Pluton et ses satellites, la sonde New Horizons continue de nous livrer de précieuses informations concernant le système solaire. En 2015, après avoir accompli sa mission principale, l’engin spatial de la NASA a pris la direction vers un autre corps de la ceinture de Kuiper, une zone du système solaire qui est 20 fois plus large que la ceinture d’astéroïdes et située à 6,6 milliards de kilomètres de la Terre. Dans le cadre de ce voyage, New Horizons a survolé Arrokoth (486958) l’année dernière, le jour du Nouvel An.

Crédits NASA

Une rencontre historique, d’autant que grâce à sa faible distance par rapport à l’astéroïde (environ 3500 km), la sonde spatiale a pu photographier ce dernier alors qu’elle se déplaçait à une vitesse de 14,4 km/s.

Un corps céleste qui ressemble à un bonhomme de neige

Baptisé dans un premier temps Ultima Thulé, Arrokoth est aussi surnommé « le bonhomme de neige » en raison de sa forme qui fait penser à celle d’une sculpture de neige à l’apparence humaine. Le corps formé par deux blocs de roches collés ensemble depuis des temps immémoriaux mesure environ 33,5 kilomètres de long sur 19,5 de large.

Le 1er janvier 2019, compte tenu des distances qui la séparent de la Terre et du Soleil (43,4 unités astronomiques par rapport à notre étoile), Arrokoth devient alors le plus lointain objet exploré par l’Homme.

Quant à l’image animée ci-dessous, on doit sa création à Roman Tkachenko. Pour déboucher sur ce résultat particulièrement impressionnant, ce grand passionné d’exploration spatiale a compilé des centaines de photos prises par New Horizons. Des ajustements et des retouches ont bien évidemment été nécessaires.

Qu’en est-il des prochaines missions de la sonde spatiale ?

En ce qui concerne le destin de New Horizons, l’Agence spatiale américaine prévoit une fin de mission en 2025. En attendant, l’engin se dirige vers les confins du système solaire pour étudier d’autres corps célestes. Il se trouve actuellement à 50 unités astronomiques du Soleil, soit à peu près 50 fois la distance entre la planète bleue et son étoile.