New York : Des patients atteints du cancer ont contracté une infection rare du sang à cause d’opioïdes dilués avec de l’eau du robinet

A New York, des patients souffrant du cancer ont développé une infection rare du sang. Selon les informations, ils ont contracté la maladie suite à des injections d’opioïdes dilués avec de l’eau du robinet.

D’après un rapport publié le 7 août dernier dans The New England Journal of Medecine, l’infection a été provoquée par une bactérie transportée par l’eau appelée Sphingomonas paucimobilis.

Crédits Pixabay

Le rapport indique que le problème a été découvert après que l’infection ait été diagnostiquée chez six patients du Roswell Park Comprehensive Cancer Center qui se trouve à Buffalo, New York, l’été de l’année dernière.

Bien que les patients touchés aient dû suivre un traitement particulier à base d’antibiotiques pour soigner l’infection, aucun décès lié directement à celle-ci n’a toutefois été enregistré.

La cause de l’infection

La bactérie Sphingomonas paucimobilis vit naturellement dans l’eau et dans le sol. Selon le rapport, il est extrêmement rare que cette bactérie cause une infection au niveau du système circulatoire, même chez les personnes vulnérables ayant un système immunitaire affaibli. C’est la raison pour laquelle les médecins ont pensé à une contamination par l’intermédiaire des médicaments.

Après les analyses, il s’est avéré que les seringues d’hydromorphone destinées aux patients étaient contaminées par S. paucimobilis. Les stocks de seringues qui se trouvaient dans un tiroir verrouillé de l’hôpital ont également présenté des résultats positifs aux tests et contenaient également d’autres types de bactéries transportés par l’eau.

Une infirmière derrière l’affaire

Le rapport publié le 7 août dernier n’a pas mentionné le nom du coupable, mais du côté de la justice, l’enquête avait révélé que Kelsey Mulvey, une des infirmières travaillant au sein de l’hôpital Roswell Park Comprehensive Cancer Center, était la principale responsable de la contamination des seringues et des médicaments. Celle-ci aurait en effet accédé plusieurs fois au tiroir de stockage sans en avoir reçu l’autorisation.

Les responsables ont découvert durant leur investigation que les médicaments contenus dans les seringues avaient été dilués avec de l’eau du robinet. « Nous avons déduit qu’une partie du narcotique avait été retirée et remplacée par un volume égal d’eau du robinet, ce qui a causé la contamination du médicament par des bactéries transportées par l’eau » ont-ils déclaré. L’enquête a ainsi conclu que Mulvey avait détourné les médicaments destinés aux patients atteints du cancer de l’hôpital pour son usage personnel.

L’avocat du Western District de New York a ainsi indiqué en juin dernier qu’une ancienne infirmière de Roswell Park avait été reconnue coupable d’avoir volé des analgésiques à l’hôpital et pouvait être condamnée à 10 ans de prison et à payer une amende de 250 000 dollars.

Mots-clés santé