NGTS-10b, l’exoplanète où une année dure 18 heures

Grâce à la méthode du transit, des chercheurs viennent de découvrir une nouvelle exoplanète aux caractéristiques assez particulières. Nommé NGTS-10b, ce monde qui intrigue les scientifiques se trouve à 1.000 années-lumière de la Terre. Le mérite de la trouvaille revient à une équipe de l’Université de Warwick (Royaume-Uni).

Pour y parvenir, les astronomes ont recouru aux données du Next Generation Transit Survey (NGTS).

Crédits Pixabay

NGTS-10b est une géante gazeuse qui gravite autour de son étoile à une distance qui est 27 fois inférieure à celle qui sépare Mercure du Soleil. De ce fait, elle effectue une orbite complète très rapidement. Elle ne met que 18 heures pour tourner autour de son étoile.

Les scientifiques pensent que, à cause des forces d’attraction, elle pourrait se disloquer dans les dix années à venir.

Il est à noter que NGTS-10b est deux fois plus massif que Jupiter. Ses propriétés ont été détaillées dans un article publié dans le Monthly Notices of the Royal Astronomical Society le 20 février 2020.

Le Jupiter chaud le plus rapide connu à ce jour

NGTS-10b est une planète dont la masse est supérieure à celle de Jupiter. De plus, sa période orbitale s’effectue en moins de dix jours. Par conséquent, elle peut être classée dans la catégorie des Jupiter chauds. Plus encore, elle bat tous les records de rapidité des planètes de ce type connus jusqu’à ce jour avec son orbite de 18 heures.

Par ailleurs, les forces d’attraction, qui provoquent un jeu gravitationnel entre la planète et son étoile, engendrent une synchronie de rotation. Concrètement, NGTS-10b expose constamment la même face à son étoile.

Par conséquent, la température à cette surface environne les 1 000 C°.

NGTS-10b risque de se disloquer dans les dix ans qui viennent

Les scientifiques ont également noté que les forces gravitationnelles entre les deux corps risquent de dépasser la limite de Roche.

Inspiré du nom du scientifique Édouard Roche, il s’agit d’un seuil à partir duquel les forces d’attraction entre deux corps dépassent la cohésion gravitationnelle. La conséquence logique serait que le plus petit corps se déchire.

L’étude de cette exoplanète nouvellement découverte pourrait permettre aux scientifiques de mieux comprendre les mondes situés à l’extérieur du système solaire et les lois qui les régissent. Du fait de sa taille et de la fréquence des impulsions lumineuses qu’elle émet, NGTS-10b est l’objet d’étude idéal pour mieux cerner les interactions des forces de marrée entre une exoplanète et son étoile. De plus, son atmosphère peut être étudiée.