Nicolas Sarkozy souhaite durcir la lutte contre le piratage

A un peu moins d’une semaine du premier tour des Présidentielles 2012, il est important de se pencher sur le programme politique des différents candidats. Allocine a ainsi convié ces derniers à un entretien durant lequel le site leur a demandé ce qu’ils pensaient du dispositif Hadopi. Et si la plupart des candidats se sont prononcés pour sa suppression, ce n’est évidemment pas le cas de Nicolas Sarkozy. Non et l’actuel président a d’ailleurs indiqué qu’il ne manquerait pas de durcir la lutte contre le piratage s’il était réélu.

Nicolas Sarkozy souhaite continuer la lutte contre le piratage

Selon Nicolas Sarkozy, le bilan du dispositif Hadopi est très encourageant. Les échanges frauduleux de type Peer2Peer auraient ainsi baissé de 35 % pour la musique et de 50 % pour les films les plus piratés. Mieux, alors même que la France représentait 6.2 % des échanges illégaux dans le monde avant la mise en place du dispositif, elle est tombée à 4.5 % cette année. Rappelons d’ailleurs que la Haute Autorité a publié en mars dernier un rapport plus ou moins similaire mais avec des chiffres différents. Remarquez, sachant que ces derniers étaient plutôt contestables, c’est peut-être une très bonne chose pour le président sortant.

Résultat des courses, Nicolas Sarkozy ne compte pas en rester là. S’il est réélu, il s’attaquera ainsi au streaming et au téléchargement direct. Et pour se faire, les fournisseurs d’accès doivent bloquer l’accès à ces sites, mais pas seulement. Non, car il est aussi question de demander aux moteurs de recherche de les déférencer et même de demander aux intermédiaires de paiement comme Paypal ou Mastercard de les boycotter. Pareil pour les régies publicitaires.

Non, le candidat souhaite également développer l’offre légale. Remarquez, c’est un point assez intéressant puisque si l’offre légale était vraiment adéquate, alors nul doute que les gens cesseraient de télécharger des oeuvres protégées. Après tout, les internautes qui utilisent des services comme Spotify, Deezer ou autre n’ont plus besoin de télécharger leur musique. Nul doute que si des plateformes avec des tarifs aussi intéressants mais dédiées aux films et aux séries voyaient le jour, alors pas mal d’internautes rentreraient dans le bon chemin. Et finalement, tout le problème est là. Faut-il se demander pourquoi les gens téléchargent lorsqu’ils doivent payer 1.99 € par épisode pour leurs séries préférées (sur une série qui compte 12 épisodes, ça fait quand même 23.88 €) ou 3.99 € pour un film pas forcément très récent ?

Bref, ce dossier constitué par Allocine ne manque pas d’intérêt et sachez que vous pouvez consulter toutes les réponses des candidats en vous rendant sur cette page. Un bon plan pour tous ceux qui n’ont pas encore fait leur choix.

Via (Crédits PhotoAleph)

Mots-clés hadopiweb