Nintendo freine volontairement les microtransactions dans ses jeux smartphones

Les microtransactions représentent le cauchemar de l’industrie vidéoludique actuelle. Certains grands studios en abusent, même avec des jeux payants, au point de pousser les gouvernements à légiférer sur ce modèle économique. Dans le cas de FIFA 19, les lootboxes sont par exemple interdites en Belgique. Et cette réalité, Nintendo semble en avoir conscience. La firme nippone, qui s’est lancé dans le jeu mobile avec Super Mario Run comme premier titre, limiterait au maximum les microtransactions d’après une enquête menée par le Wall Street Journal. C’est un développeur du studio CyberAgent, qui bosse sur le titre Dragalia Lost Cygames de Nintendo, qui révèle cette politique.

Une bonne nouvelle dans un monde où les gros studios profitent au maximum de ce système de microtransactions démocratisé.

Super Mario Run Android

Autant dire que Nintendo apparaît ici comme le bon élève du marché vidéoludique.

Nintendo ne veut pas entacher son image avec les microtransactions

Nintendo est une firme qui contrôle son image avec énormément de rigueur. Plusieurs exemples le démontrent : le blocage des vidéos YouTube présentant des mods pour les jeux du studio, les procès contre des sites d’émulation qui mettent à disposition ses vieux titres, etc.

Une firme qui évite au maximum les scandales et va même jusqu’à contrôler son rapport avec les microtransactions. Une politique commerciale de nombreuses fois décriée chez d’autres géants comme dans le cas EA avec Star Wars Battlefront II.

C’est lors d’une interview pour le Wall Street Journal qu’un développeur de Dragalia Lost Cygames, titre de Nintendo, a expliqué que le studio limite au maximum les microtransactions. Pour la firme nippone, il s’agit de ne pas abuser de cette méthode pour limiter les dépenses des joueurs.

Nintendo ne s’intéresse pas aux bénéfices engendrés par un seul jeu sur smartphones. Si nous nous étions occupés nous-mêmes du jeu, nous aurions généré beaucoup plus de revenus.

Il faut dire qu’à part sur smartphone, Nintendo ne propose pas de microtransactions. Ni Zelda, Mario ou Super Smash Bros ne proposent des récompenses, ou d’avancer plus vite, avec un tel système sur Switch. D’autres titres sur la machine, mais qui n’appartiennent pas à Nintendo, misent en revanche sur les microtransactions.

Le meilleur exemple reste Fortnite, dont les achats ingame sont la principale source de revenus pour Epic Games.

Mots-clés smartphone