Nintendo part en guerre contre les hackers de la Game & Watch

La Game & Watch de Nintendo est sortie le 13 novembre 2020 à l’occasion du 35ème anniversaire de Mario. Malheureusement, le lancement de cette mini console ne s’est pas passé comme l’avait prévu le géant nippon. En effet, un jour avant sa date de sortie officielle, la Game & Watch a été hackée par un utilisateur du nom de « stacksmashing. »

Ce dernier s’en est même vanté sur Twitter en publiant le message suivant :

« Ma Nintendo Game & Watch est arrivée un jour plutôt ! Décortiquons-la et voyons comment elle fonctionne – et aussi à quel point elle est facile à hacker ! »

Après la publication de ce message, on a appris que stacksmashing a réussi à installer Zelda ainsi que les premiers Pokémon sur la console qui était à l’origine uniquement réservée aux jeux Mario Bros.

Game & Watch: Super Mario Bros.

Ce n’est pas le seul problème auquel Nintendo a dû faire face. Une vidéo détaillant la méthode pour hacker la console a également fait surface sur YouTube le 14 novembre 2020.

Nintendo exige le retrait des vidéos de piratage

Nintendo n’allait pas se laisser faire par les hackers aussi facilement. La firme nippone a déposé une plainte pour violation des droits d’auteur et a obtenu le retrait de cette vidéo de YouTube. Le géant du jeu vidéo n’en est pas resté là.

Il a également demandé la suppression d’une autre vidéo publiée par stacksmashing. Toutefois, deux autres vidéos de stacksmashing sont toujours accessibles sur YouTube. La première est un tutoriel qui explique comment télécharger Doom sur l’appareil. La deuxième montre comment modifier le logiciel.

A lire aussi : Bientôt une Nintendo Switch édition Mario

Stacksmashing ne se laisse pas faire

Comme le souligne le site ARS Technica, Nintendo ne cible pas toutes les vidéos contenant des extraits du gameplay de la Game & Watch : Super Mario Bros. En effet, il est toujours possible de voir plusieurs contenus de ce genre sur YouTube. Néanmoins, les droits d’auteur que détient Nintendo sur ces jeux lui permettent de déterminer quels contenus mettant en scène ces titres sont autorisés ou bloqués.

A lire aussi : Microsoft aurait tenté d’acquérir Nintendo

Apparemment, stacksmashing ne va pas se laisser faire sans se battre. Au micro du site Gizmodo, le hacker a déclaré qu’il allait apporter des modifications à la vidéo en question et contester la décision de Nintendo. Il souhaite ainsi obtenir l’autorisation de republier ce contenu.

Nintendo ne s’est pas encore exprimé à ce sujet.

Mots-clés nintendo