Nintendo remporte son bras de fer contre l’émulateur Yuzu !

Une semaine après que Nintendo ait lancé des poursuites contre Yuzu, il semble que ses dirigeants sont prêts à faire machine arrière. Pour cause, l’émulateur a reconnu les chefs d’accusation cités et est disposé à négocier avec le développeur de Legend of Zelda : Tears of the Kingdom. Selon des documents judiciaires, les deux parties ont déposé, le 04 mars 2024, un jugement définitif et une injonction permanente.

Nintendo
Nintendo

Une amende colossale et plusieurs restrictions

Tropic Haze, la société derrière Yuzu, a accepté de payer 2,4 millions de dollars à Nintendo après le piratage de la société. Elle accepte aussi de se voir interdire définitivement de travailler sur cet émulateur, de l’héberger, de distribuer du code ou ses fonctionnalités. De même, elle ne doit tenter aucune action qui contourne la protection des droits d’auteur de Nintendo. Dans le cadre de l’accord, Tropic Haze lui cèdera le nom de domaine yuzu-emu.org et supprimera ses copies de Yuzu.

D’un autre côté, la société doit également se débarrasser de tous « les outils de contournement utilisés pour développer ou utiliser Yuzu, tels que TegraRcmGUI, Hekate, Atmosphère, Lockpick_RCM, NDDuumpTool, nxDumpFuse et TegraExplorer ». Enfin, les responsables de Tropic Haze s’engagent à ne pas supprimer d’autres preuves qui violeraient les droits de propriété intellectuelle de Nintendo. Dans une déclaration sur Discord, le créateur de Yuzu, Bunnei a confirmé ces différentes mesures.

Il affirme à ce sujet : « Le piratage n’a jamais été notre intention et nous pensons que le piratage des jeux vidéo et des consoles de jeux vidéo devrait cesser. À compter d’aujourd’hui, nous mettrons hors ligne nos référentiels de code, supprimerons nos comptes Patreon et nos serveurs Discord et, bientôt, fermerons nos sites web. Nous espérons que nos actions constitueront un petit pas vers la fin du piratage des œuvres de tous les créateurs. »

À lire aussi : Un brevet Nintendo récemment publié semble dévoiler les caractéristiques de la Switch 2 !

Un règlement en attente d’approbation par le juge

On ne sait pas si l’accord entre Tropic Haze et Nintendo signifie la fin littérale de Yuzu ou de Citra. Pour le moment toutefois, des copies des deux émulateurs et leur code source sont toujours en circulation, bien qu’ils ont été extraits de GitHub. Par ailleurs, il est impossible de dire si cet arrangement aurait un impact sur d’autres émulateurs disponibles sur le web. Si Yuzu avait comparu devant les tribunaux, l’une des énigmes à résoudre serait de savoir s’il contournait effectivement les protections de Nintendo.

Il ne faut pas oublier que l’émulateur lui-même ne contient pas les clés Nintendo. Avec l’arrangement cependant, les deux parties demandent au juge de constater que Tropic Haze contourne ses protections de droit d’auteur. Ils déclarent : « Le développement ou la distribution de logiciels, y compris Yuzu, qui, dans leur cours normal, ne fonctionnent que lorsque les clés cryptographiques sont intégrées sans autorisation, viole l’interdiction du Digital Millennium Copyright Act concernant le trafic d’appareils. »

Source : The Verge et Polygon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.