Nintendo Switch : les premières puces pirates sont de sortie !

Nintendo ne va sans doute pas beaucoup apprécier l’initiative, mais la team fail0verflow vient de mettre en vente deux accessoires permettant de modifier la Switch, des accessoires exploitant la faille du Tegra et étant de ce fait compatibles avec toutes les versions de firmware de la console.

La dernière-née de la firme de Kyoto a résisté courageusement aux assauts des hackers depuis son lancement, mais la situation a pris une toute nouvelle tournure en début d’année lorsque des pirates ont réussi à booter un Linux sur la console en exploitant une faille propre à la puce Tegra embarquée sur la console.

Nintendo vient d’annoncer avoir pris la décision de repousser la production de ses cartouches de jeu 64 Go à l’horizon 2019, suite à des “problèmes techniques”.

Le Tegra X1, en dépit de ses nombreux avantages, n’est en effet pas une plateforme totalement sécurisée.

La Switch, une console qui n’est pas sans failles

En réalité, c’est même l’inverse puisque ces puces souffrent d’une faille propre à leur ROM de démarrage, une faille par conséquent impossible à combler.

Lorsque ces puces sont produites, le fondeur implante dans leur cœur une ROM destinée à faciliter leur exploitation. La ROM en question est accessible en lecture seule et elle est donc impossible à modifier après sa mise en place, que ce soit par le biais d’un patch ou d’une quelconque autre opération.

Le Tegra X1 est lui aussi livré avec une ROM de démarrage, mais cette dernière comporte une faille critique. Une faille impossible à combler pour Nvidia ou Nintendo.

Deux accessoires que Nintendo ne va pas apprécier

La team fail0verflow a précisément exploité cette faille pour contourner les mesures de sécurité mises en place sur la console. En procédant de la sorte, les pirates ont réussi à booter un Linux sur la console et ils ont ensuite été encore plus loin en installant toute une distribution sur leur Switch de test. Nous en avions d’ailleurs parlé dans cet article.

Désormais, la fine équipe va encore plus loin en proposant à la vente deux accessoires permettant aux utilisateurs de modifier librement leur console, des accessoires compatibles avec toutes les versions de son firmware. L’annonce a été faite avec beaucoup d’humour sur Twitter.

Mieux, les accessoires en question ne nécessitent pas de souder une puce sur la carte mère de la console et ils peuvent donc être utilisés par le plus grand nombre. À terme, de nombreuses homebrews devraient émerger et il ne serait pas non plus étonnant de voir un beau matin surgir des ROMS pirates compatibles avec ces deux accessoires.

En parallèle, les membres de l’équipe ont publié l’exploit de la Switch, un exploit disponible sur Github.